"Clowns maléfiques": un premier cas jugé sérieux à Grenoble

Alors qu'un phénomène s'est développé en France depuis deux semaines, un clown armé d'un couteau a été croisé à Grenoble, dimanche 26 octobre, selon le témoignage d'un passant qui dit avoir lâché son chien sur l'individu.

Un individu déguisé en clown et armé aurait été aperçu dans les rues de Grenoble, dimanche, vers 20 heures. C'est un habitant qui l'affirme. Ce dernier était en train de promener son chien lorsqu'il aurait fait cette rencontre effrayante, de nuit, chemin Villebois, près de l'Avenue Jeanne d'Arc.

"Selon ce passant, l'individu déambulait, armé d'un couteau", explique la police, "en réponse il a lâché son chien." Le témoin a déclaré les faits par téléphone.

Une vingtaine d'appels en moins d'une semaine

Il n'y avait pas d'autre témoin et aucun enregistrement de vidéosurveillance ne peut confirmer la scène. A l'arrivée de la patrouille de police, il n'y avait plus personne. Mais les faits ne sont pas négligés pour autant.

"Ces quatre à cinq derniers jours, on a déjà été appelé plusieurs fois pour des clowns", relève le commissariat de Grenoble, "en tout, une vingtaine d'appels", sans que l'on sache à combien de cas cela correspond réellement, ni même s'ils étaient sérieux, puisque la police "n'a jamais pu constater la présence de clowns".

Pour les forces de l'ordre, seuls les éléments communiqués ce dimanche constituent "le premier cas qui semble avéré". Le commissariat ne "voit pas pourquoi le témoin aurait inventé cette histoire". Une position qui ne sera pas de nature à rassurer les (jeunes) grenoblois qui sont déjà quelques-uns à s'inquiéter sur Twitter.

La France a peur!

Les autorités ne sont pourtant pas sans savoir qu'il "y a des précédents en France", chose qu'elles assurent "avoir intégré et pris en compte". En effet, les clowns menaçants se multiplient dans l'hexagone depuis deux semaines. A l'approche d'Halloween, des individus se déguisent ainsi et déambulent, parfois jusque devant une école, ou armés d'une tronçonneuse.

Initié aux Etats-Unis, le phénomène s'est répandu via les réseaux sociaux. Il s'inspire du roman IT ("Ça" en français) de Stephen King et des récents canulars réalisés par DmPranksProductions. A titre d'information, la vidéo ci-dessous approche à ce jour les 30 millions de vues sur Youtube.


"Appelez le 17!"

"Symptomatique de l'impact d'internet, ce phénomène peut engendrer des dérives (...) et des troubles à l'ordre public", a réagi la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN). Sur les réseaux sociaux, des appels à se mobiliser contre ces clowns ont déjà été lancés.


Pour calmer le jeu, la DGPN encourage à appeler la police pour interpeller les clowns. "Si je croise un clown, je fais le 17", recommande la police sur son compte Twitter. La DGPN rappelle que la détention d'une arme dans la rue "est passible d'une peine emprisonnement" et que clowns ou chasseur de clowns armés "peuvent être placés en garde à vue".

A Béthune, dans le Pas-de-Calais, un jeune homme de 19 ans a déjà été condamné en justice, écopant de 6 mois de prison avec sursis. Il avait poursuivi un groupe d'adolescents avec un faux couteau en bois.