Le collectif du Chambon creuse sa route entre lac et tunnel

Ce 12 juin des riverains du lac du Chambon ont pris la pelle et la pioche pour creuser leur route. Une action symbolique pour contester les travaux entrepris sur le grand tunnel du Chambon. 

"Dans un petit bout de montagne nous pouvons à la force de nos mains construire la route que l'Etat nous refuse !" c'était le slogan des habitants mobilisés ce 12 juin sur les berges du lac du Chambon. Ils voulaient profiter de la venue du sénateur Michel Savin pour manifester leur "détermination à ne pas accepter la fatalité". Ils dénoncent : "après avoir alerté nos élus locaux, départementaux, les préfets et même l'Etat, nous constatons tous que 2 mois plus tard la situation n'a guère évoluée". 

Le reportage d' Emilie Rosso et Franck Ceroni


Intervenants : Philippe Raybaudi Collectif du Chambon, Sonia Chamoux Collectif du Chambon


 Il faut purger ce qui va tomber !"

Pour l'un des portes-paroles du collectif Chambon, Philippe Raybaudi, les travaux actuellement entrepris équivalent à "une rustine étanche". "Une semaine après, ça fuira à côté!" "Rouvrir en juillet d'accord... mais jusqu'à quand ?!" Philippe Raybaudi réclame que le problème soit traité "dans les règles de l'art", en prenant le temps et les moyens, quitte à ne rouvrir la route qu'en décembre. "Il faut vider le lac, purger tout ce qui peut tomber, et ne reconstruire la route qu'après". 


Mais qui financera ces travaux ? La question reste posée. D'autant plus que les manifestants n'ont pas rencontré Michel Savin. S'il est venu sur les lieux, ce fut... discrètement.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité