La communauté Rom en appelle à la mairie d'Echirolles après le démantèlement de son campement à Comboire (Isère)

A 7 heures du matin ce jeudi 29 octobre, les forces de l'ordre ont démantelé un campement à Comboire. 135 personnes de la communauté rom y vivaient depuis plus d'un an. Plusieurs familles, accompagnées d'associations, se sont rendues devant la mairie d'Echirolles pour interpeller la municipalité.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est au petit jour, vers 7h que les forces de l'ordre sont arrivées sur le site et ont procédé à l'expulsion des occupants du campement. Des pelleteuses ont aussitôt entrepris la démolition des petites "baraques" de fortune qui avaient été construites au fil du temps près d'un hangar désaffecté, sur un terrain municipal de la commune d'Echirolles. Plus de 130 personnes, dont près de 80 enfants vivaient là depuis plus d'un an.

Epaulées par les membres de deux associations qui les accompagnent, depuis des mois, "Roms Action" et "La Patate chaude", les familles se sont rendues à la mairie d'Echirolles "qui est à l'origine de cette décision", selon les associations, "et qui n'aurait envisagé aucune proposition de relogement".

Aux portes de l'hôtel de ville, la communauté Rom attendait de rencontrer le maire (PC) Renzo Sully. Une bousculade s'est produite dans le hall, au moment de l'intervention de policiers appelés pour les déloger. 

Contactée par téléphone, la municipalité a assuré "avoir agi en conformité avec la loi" et déclaré que "c'était à la Préfecture de se charger de l'hébergement de ces personnes qui n'ont aujourd'hui plus de toit".

Reportage : T. Honoré, M. Chambrial et T. Huynh.
Intervenants : Adèle Dumontier, directrice de Roms Action; Adelin, enfant de la communauté rom; Yvon Sellier, membre du collectif "la Patate Chaude"; Elsa Andrieux, médiatrice sanitaire à Roms Action; Gaji Kosmi, membre de la communauté rom; habitante du quartier, voisine du campement.