Confinement : l'assouplissement de la règle 1km/1h, une mesure "vraiment précieuse" pour l'initiateur d'une pétition

Une pétition, lancée lors du premier confinement, a récolté près de 200 000 signatures à ce jour pour demander un accès plus libre à la nature. Les signataires ont été exaucés par Emmanuel Macron mardi soir.
Le confinement ne sera pas levé, mais se poursuivra dans un mode assoupli dès samedi 28 novembre. Emmanuel Macron l'a annoncé mardi lors d'une allocation télévisée : les déplacements pour motif de loisirs seront autorisés à 20 km du domicile et pendant 3 heures, au lieu de 1 km et une heure.

Une mesure qui n'est pas pour déplaire à certains amoureux de la montagne qui ont fait entendre leur voix, notamment dans les Alpes ces dernières semaines, pour demander un accès plus libre à la nature. "20km / 3h c'est déjà une bonne nouvelle, qui va permettre à tous les Français d'accéder à la nature et de respirer un peu en ces temps difficiles", s'est réjoui Billy Fernandez sur Facebook.
 
Le guide de haute en montagne est à l'origine d'une pétition signée par plus de 197 000 personnes pour réclamer un "accès responsable à la nature". Le texte avait été lancé lors du premier confinement et renouvelé pendant le deuxième, rencontrant un large écho dans les Alpes.

Du massif de Belledonne à celui du Vercors en passant par la Tournette, au-dessus d'Annecy, des cœurs de lumières ont été allumés çà et là sur les massifs alpins pour demander ce même assouplissement.
 
 

Règle "dépourvue de logique"


"Le nouveau périmètre des 20km est satisfaisant puisqu'il permettra aux ruraux et aux urbains d'accéder à la nature de pouvoir se balader, faire des activités physiques dans la nature, de pouvoir respirer et se ressourcer et c'est vraiment important", a déclaré Billy Fernandez sur franceinfo mercredi matin. "C'est une règle temporaire mais vraiment précieuse puisqu'elle va rendre le confinement plus supportable."

"C'est une bonne nouvelle, a-t-il complété, puisqu'on était le seul pays d'Europe à appliquer cette règle des "1h/1km" qui était pour nous dépourvue de logique sanitaire et même contreproductive puisqu'elle nous conduisait à nous concentrer sur les trottoirs des villes plutôt qu'à pouvoir nous disperser dans la nature."

Samedi, une petite partie des restrictions vont être levées en attendant la fin du confinement, le 15 décembre. Malgré une lente décrue, le virus "demeure très présent" et "il nous faut poursuivre nos efforts", a demandé le chef de l'Etat. "Le retour à la normale ne sera pas pour demain", a-t-il toutefois averti.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19