Coronavirus et confinement. 8 mai 1945 : des commémorations minimalistes et virtuelles

Cette année, les commémorations de la capitulation allemande, le 8 mai 1945, devaient revêtir une solennité particulière, 75 ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe. Mais confinement oblige, les cérémonies seront finalement réduites à leur plus simple expression. 

Le confinement oblige, les cérémonies n'ont pu être maintenues comme elles avaient été prévues.
Le confinement oblige, les cérémonies n'ont pu être maintenues comme elles avaient été prévues. © PELAEZ Julio / MaxPPP
Ce 75e anniversaire de la capitulation de l’Allemagne s’annonçait comme l’un des derniers grands événements commémoratifs de la deuxième guerre mondiale, en présence de témoins de l’époque, qui dans quelques années auront tous disparu.

Mais confinement oblige, tous les rassemblement prévus ont été annulés. Dans un premier temps, le gouvernement avait même opté pour une cérémonie unique à Paris avant de faire machine arrière. Des commémorations auront bien lieu sur tout le territoire français mais en format restreint et sans public.
Un crève-cœur pour les associations d’anciens combattants.

Le Souvenir Français, l'une des plus anciennes associations mémorielles qui entretient le souvenir des soldats morts pour la France, va plus loin. Son président Serge Barcellini déplore "des cérémonies désincarnées en l’absence de la population, et en particulier des jeunes. Le 8 mai n’est pas une course au dépôt de gerbe mais un passage de témoin aux jeunes générations d’un moment charnière de l’histoire contemporaine. La victoire sur le nazisme a aussi permis la création de l’Europe. Je regrette profondément qu’aucune préparation  pédagogique autour du 8 mai n’ait été faite auprès des jeunes. Le confinement aurait aussi pu être mis à profit pour cela via les enseignants."

D’autres associations d’anciens combattants invitent les citoyens à aller "individuellement et dans le respect des règles sanitaires déposer une fleur, un bouquet, un dessin, un poème sur les monuments aux morts, au pied des plaques du souvenir de toutes les victimes du nazisme." (source France 24) 
 

Des hommages virtuels

Ce 8 mai, dans la plupart des communes, seuls le maire, un porte-drapeau et éventuellement un représentant des anciens combattants (moins de 5 personnes) pourront déposer une gerbe devant les monuments aux morts, mais en l’absence de tout public. Néanmoins, ces cérémonies en comité ultra-restreint seront retransmises en direct en fin de matinée sur les pages Facebook de certaines communes de Rhône Alpes.

Par ailleurs, la grande majorité des communes invitent leurs habitants à pavoiser de bleu-blanc-rouge leurs fenêtres et balcons, ou encore à observer une minute de silence.

 
Certaines commémorations sont prévues en ligne
Devoir de mémoire
Que commémore-t-on le 8 mai ?
La signature à Berlin, le 8 mai 1945, de la capitulation allemande en présence des représentants de l’URSS, des Etats Unis, du Royaume Uni et de la France.

Est-ce la fin de la Seconde Guerre Mondiale ?
En Europe, oui mais la guerre se poursuit en Asie entre les États-Unis et le Japon.
Ce n'est qu'après les bombardements atomiques américains sur Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (9 août 1945) que le Japon signe sa capitulation officielle le 2 septembre 1945.
C'est donc cette dernière date qui marque la fin véritable de la Seconde Guerre mondiale.

Le 8 mai est-il célébré dans tous les pays ?
En France, le 8 mai est un jour férié, mais ce n'est le cas ni au Royaume-Uni, ni aux États-Unis. La Russie et certains pays issus de l'ex-URSS célèbrent le jour de la victoire le 9 mai, la capitulation allemande à Berlin le 8 mai 1945 à 23h01 correspondant à la date du 9 mai 1945 à cause du décalage horaire avec Moscou.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale culture histoire coronavirus/covid-19 santé société coronavirus - confinement : conseils pratiques hommage