Coronavirus Covid-19 : pendant le confinement, Radio Alto crée du lien social par ondes dans les Bauges

Entre Savoie et Haute-Savoie, la petite radio associative a décidé de créer une "boum" à distance pour les enfants confinés. Par chansons interposées, les habitants retrouvent une connexion que l'isolement rend difficile.
Les studios de Radio Alto ce vendredi 3 avril. De gauche à droite : Olivier Gachet et Antoine Puzenat.
Les studios de Radio Alto ce vendredi 3 avril. De gauche à droite : Olivier Gachet et Antoine Puzenat. © France 3 Alpes
Cela fait maintenant une semaine que, entre Savoie et Haute-Savoie, Radio Alto tente de recréer du lien social entre les habitants confinés du très rural massif des Bauges. Alto, ça veut dire Association Libère Tes Oreilles, une recommandation que nombre de fidèles auditeurs appliquent tous les vendredis de confinement.

De 17h à 19h, la radio associative lancée en 2006 et basée à Lescheraines, côté savoyard, a bousculé sa grille des programmes. Désormais, elle y propose deux heures de musique, sur la fréquence 94.8.

Et tout le monde trouve son compte dans le champ musical balayé par ces "boums" du confinement : contines pour les plus jeunes, Un autre monde de Téléphone pour les autres. Le tout agrémenté de dédicaces entre les enfants du massif.
 

"Les enfants se manquent"


"Ici on est quand même dans un massif qui est très éclaté, avec plein de petits villages un peu partout, explique Olivier Gachet, co-président de la radio et animateur. Les enfants se manquent. On ne se voit pas en passant la tête par la fenêtre, on n'est pas en ville."

Alors au micro, le présentateur annonce que "Jules et Marcel font une dédicace à toute leur classe de moyenne section et de CP de Lescheraines", avant de lancer la chanson Le Pingouin

Une bonne humeur qui fait la marque de la radio, à en croire Antoine Puzenat, technicien et animateur sur Radio Alto :

On s'amuse vraiment à le faire. Donc si on s'amuse, ça se ressent à l'antenne, et les gens en profitent aussi. Et comme ce sont eux qui décident de la musique à passer, ça leur fait plaisir.

Des dédicaces venues de Norvège et d'Australie


Un plaisir qui ne se dilue pas par les ondes. Au Châtelard, à quelques kilomètres du studio, Pauline Mathieu et ses trois enfants  dansent sur YMCA des Village People. Ce sont désormais des auditeurs conquis et fidèles : "Ca a mis un peu d'ambiance, ça a accroché les sourires chez nous", explique la mère de famille.

Et le succès ne se démend pas. A la radio, le téléphone ne cesse de sonner, et les messages de pleuvoir sur les réseaux sociaux. Des dédicaces arrivent même de Norvège et d'Australie. 

Après les enfants, place aux anciens, qui seront à l'honneur lundi sur Radio Alto. Quelques pensées et dédicaces à l'antenne pour briser la solitude du confinement. A l'heure du numérique, la bonne vieille FM n'a, dans les Bauges, rien perdu de sa superbe.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
médias musique culture covid-19 société