Coronavirus Covid-19 : quand les contrôles de police finissent en garde à vue, et en mise en danger de la vie d'autrui

Publié le Mis à jour le

A Saint-Chamond (Loire), un couple a été placé en garde-à-vue après avoir refusé d'obéir aux règles de confinement face à l'épidémie de coronavirus Covid-19. Dans le Rhône, plusieurs gardes à vue ont été prononcées. Et dans l'Ain les contrôles se multiplient. Quand la police durcit le ton.

Pour faire respecter la règle du confinement généralisé, la police durcit le ton à Lyon, dans le Rhône et dans la Loire. Pour certaines personnes, le contrôle peut finir avec une garde à vue ou une qualification de mise en danger de la vie d'autrui, dans des cas certes, très particuliers, mais qui sont révélateurs de cette période très particulière.


A Saint-Chamond (Loire), les faits remontent au mardi 17 mars. Vers 15h30, un couple est controlé dans leur véhicule alors qu'ils étaient "en violation des règles du confinement, et refusait le contrôle" selon le parquet.
 

Une policière mordue



La jeune femme, âgée de 25 ans, crache sur les policiers, leur tousse dessus et finit par mordre une policière jusqu'au sang, occasionnant 1 jours d'Incapacité Totale de Travail.

Son compagnon, âgé de 35 ans, vient à la rescousse de sa compagne. 

Une enquête en flagrance est ouverte, pour outrage, rébellion et violences.

 

Peine de prison



Tous les deux sont bien connus des services de police, avec plusieurs mentions sur leurs casiers judiciaires, soit pour des violences soit pour des usages de stupéfiants.

Le tribunal a condamné la jeune femme à 10 mois d'emprisonnement, aménageables, dont 3 mois assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve. Son compagnon a été condamnée à 3 mois de prison avec sursis et 500 € d'amende.

 

La justice face au coronavirus



A Saint-Etienne, le parquet requiert désormais systématiquement le huis-clos pour toutes les audiences, pour des motifs de santé publique
 
Seules les audiences de comparution immédiates sont tenues, le tribunal s'étant d'ailleurs mobilisé pour assurer des audiences quotidiennes, au lieu des habituels mercredi et vendredi.
 

A Lyon, d'autres "mises en danger de la vie d'autrui"


A Lyon, vendredi 20 mars, la police a placé en garde à vue 4 personnes pour mise en danger de la vie d’autrui.

Vers 12h, un jeune homme de 19 ans qui circule en voiture cours Charlemagne est contrôlé.

Habitant dans le 2e arrondissement, il roule sans permis de conduire et il n'a pas avec lui le document justifiant de son déplacement hors du domicile "dans le cadre de la lutte contre la propagation de l'épidémie de Covid-19". Il ne cache pas le fait qu’il avait été déjà verbalisé pour cette infraction le matin même.

Le Parquet a ordonné le placement en garde à vue de cette personne, pour mise en danger de la vie d’autrui. Selon une source judiciaire, "il a fait preuve lors de son audition d’un total mépris envers les consignes gouvernementales relatives au confinement."

Il devait être présenté au Parquet pour la notification d’un contrôle judiciaire.

Trois autres suspects sont en garde à vue à Lyon 1er, Villeurbanne et Rillieux-la-Pape, toujourd pour une qualification de mise en danger de la vie d’autrui, après plusieurs verbalisations en rapport avec "la non présentation de justificatif et leur volonté manifeste de refuser tout confinement".

Jeudi 19 mars, la DDSP du Rhône a totalisé 443 verbalisations sur la voie publique dans le cadre de ces mesures. A ce jour, 739 personnes ont été verbalisées.
 

 
Dans l'Ain, "une guerre contre un ennemi invisible"


Dans le département de l'Ain, une vaste opération a été menée vendredi 20 mars sur 65 "points de contrôle".

"Dans une guerre contre un ennemi invisible dont l'état sanitaire de la France en dépend, force est de constater que beaucoup de nos concitoyens n'ont pas pris conscience des enjeux du confinement" déclare un porte-parole.

Sur cette journée, 141 infractions ont été relevées sur le non-respect des règles de déplacement, sur 583 personnes contrôlées.

Le total des verbalisations depuis le 18 mars est de 215 verbalisations.

Ces opérations seront reconduites tout le week-end, "car la météorologie joue contre les mesures de confinement et incitent les gens à sortir. Après une période pédagogique, l'urgence prime" déclare la gendarmerie de l'Ain.

"Le respect des règles de confinement est un impératif pour endiguer la pandémie. La vigilance de la gendarmerie durera le temps de l'application des mesures de confinement, avec discernement, bon sens, mais aussi avec fermeté. De trop nombreux comportements sont encore inappropriés."

Le porte-parole précise enfin : "Sans la participation de tous nos concitoyens dans cette bataille, la guerre risque de durer encore plus longtemps. Les gendarmes et leur famille s'appliquent de la même manière ces impératifs."