Coronavirus : à Grenoble, le Synchrotron se met à la disposition de la recherche sur le COVID 19

La super machine à rayons X européenne pourrait percer les secrets du virus. L’institution propose d’ouvrir ses équipements aux chercheurs travaillant sur le COVID 19.

Particulièrement performant, l'ESRF de Grenoble est un équipement de référence dans le monde de la recherche.
Particulièrement performant, l'ESRF de Grenoble est un équipement de référence dans le monde de la recherche. © ESRF / DR
L’appel a été lancé vendredi dernier. Sur son site internet, l’European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble propose d’ouvrir ses équipements aux chercheurs travaillant sur le COVID 19. Installé sur la Presqu’île scientifique de la capitale des Alpes, cet anneau de 844 mètres de circonférence est l’un des plus puissants synchrotrons de la planète. La technologie de l'ESRF pourrait permettre de révéler les failles du virus afin de mieux le combattre.
 
Le Synchrotron est un immense accélérateur d’électrons. Il génère un faisceau de rayons X qui permet de visualiser en 3 dimensions la structure moléculaire d’un objet maintenu à basse température. « Un virus est un ensemble de protéines, explique-t-on à l’ESRF,  grâce au Synchrotron, on pourrait observer son mécanisme atomique ». Une étape de recherche essentielle avant la mise au point d’un vaccin.
 
On compte une cinquantaine de Synchrotron sur la planète. Depuis plus d’un an, celui de Grenoble est totalement rénové, sa remise en fonction est prévue l’été prochain. A terme, sa puissance multipliée par 100 en fera un équipement de recherche unique au monde. Pour l’instant, l’installation est en phase de test, mais elle peut d’ores et déjà mettre à disposition une partie de ses équipements pour des équipes de recherche.

Des projets "à court, moyen et long terme"

Même si aucune demande n’a encore été formulée, du côté de l’ESRF on sait qu’« à court, moyen ou long terme » des projets vont être proposés. Outre les performances du Synchrotron, l’environnement scientifique grenoblois pourrait aussi être un attrait pour les chercheurs. L’Institut Laue-Langevin, le Laboratoire européen de biologie moléculaire et le l’Institut de biologie structurale eux aussi sont prêts. Ils ont décidé de joindre leurs forces à celle de l’ESRF, dans « l’effort global de recherche sur le COVID 19 ».
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société recherche culture sciences