Coronavirus. Puy-de-Dôme : "On se bat pour que le virus ne rentre pas dans les Ehpad"

Alors qu'en Auvergne un premier Ehpad a été touché par l'épidémie de coronavirus COVID 19 dans le Puy-de-Dôme mardi 24 mars, les familles des résidents des maisons de retraite de la région font remonter quelques inquiétudes. 

Dans le cadre du confinement décrété par l'Etat, les Ehpad ne peuvent plus recevoir de visiteurs. Photo d'illustration.
Dans le cadre du confinement décrété par l'Etat, les Ehpad ne peuvent plus recevoir de visiteurs. Photo d'illustration. © Guillaume BONNEFONT / MAXPPP
En Auvergne, l'état de santé des résidents des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) est scruté de très près après l'annonce des premiers cas de coronavirus COVID 19 dans une maison de retraite à Lempdes dans le Puy-de-Dôme mardi 24 mars.

"On se bat pour que le virus ne rentre pas dans les établissements. Quand le virus pénètre dans un Ehpad, le cocktail est évidemment explosif puisque les résidents sont des personnes âgées et souffrent pour beaucoup de comorbidité ", témoigne Bruno Fonlupt, directeur de l'Ehpad Maison Saint-Joseph à Lezoux et délégué régional de l'association des directeurs d'établissements pour personnes âgées. 
 


Des familles demandent le recrutement d'auxiliaires de vie 

S'il dit ne pas avoir reçu de demandes de familles pour ramener chez elles un proche vivant en maison de retraite, Bruno Fonlupt confie que ce cas de figure s'est produit en Haute-Savoie... à la demande d'un Ehpad. "Ils ont demandé à certaines familles si elles pouvaient reprendre des résidents pour soulager le personnel soignant", dit-il. En Haute-Savoie, le directeur d'un Ehpad à Sillingy avait en effet annoncé lundi 23 mars le décès de sept résidents des suites du Covid 19. "Cela peut être un cas de figure qui se présente à nous en cas de propagation de l'épidémie à l'intérieur", ajoute Bruno Fontltup.
 
Du côté de l'association Union des familles et amis des personnes âgées (Ufapa) basée dans le département de l'Allier, le directeur Michel Brousse observe que les familles adhérentes à l'association font preuve d'un grand calme. Son association a cependant dressé une liste d'exigences que doivent remplir les Ehpad, à savoir : fournir des masques de type FFP2 à leurs employés pour éviter la propagation du coronavirus, vérifier que les moyens de télécommunication entre les familles et les résidents soient bien en service, bien recenser les résidents pour éviter que certains soient oubliés par un personnel débordé et enfin embaucher des auxiliaires de vie supplémentaires pour faire face au pic de l'épidémie. 


Le lien avec les familles est maintenu à distance

L'Ufapa a par ailleurs demandé à l'Agence régionale de santé (ARS) que les personnels des Ehpad de l'Allier soient approvisionnés en matériel, masques, gants... "L'antenne de l'ARS de Moulins nous a répondu qu'à l'heure actuelle tous les personnels des Ehpad n'avaient pas le matériel de protection adéquat mais qu'ils demandaient à tous les établissements de faire savoir leurs besoins. L'approvisionnement devrait s'améliorer au fil des jours", poursuit Michel Brousse. Il ajoute : videmment, les familles s'inquiètent de savoir si le matériel de protection va arriver à temps"
 
Dans cette période très anxiogène pour les pensionnaires des Ehpad qui sont privés de contact avec leur famille dans le cadre du confinement, tout est fait pour leur remonter leur moral. "Nous avons mis en place des choses avec la visioconférence pour que nos pensionnaires puissent communiquer avec leur famille, mais aussi avec l'animateur de notre établissement qui organise des activités interactives à distance. Ces personnes âgées qui ont connu la guerre, cela les a inquiété quand le président a déclaré "on est en guerre"", conclut Bruno Fonlupt, directeur de la Maison Saint-Joseph. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société