Coronavirus : quelles conditions pour la reprise des transports en commun en Auvergne

Le conseil scientifique a remis au gouvernement ses recommandations pour la levée du confinement imposé par le coronavirus dès le 11 mai prochain. S’agissant des transports il propose une série de précautions, comment les appliquer en Auvergne ?
La sortie du confinement s'accompagnera d'un retour des voyageurs dans les transports en commun.
La sortie du confinement s'accompagnera d'un retour des voyageurs dans les transports en commun. © Maxime Van Oudendycke - France 3 Auvergne
Pour élaborer le plan de sortie du confinement imposé par la crise du coronavirus Covid 19, le gouvernement français va s’appuyer sur les recommandations que son conseil scientifique lui a livrées le 25 avril. Certains chapitres concernent les transports en commun :Qu’en pense l’Association des Usagers des Transports d’Auvergne, 3 questions à son porte-parole Pierre Pomarel.

Quelles mesures pour les déplacements en train ?

Globalement il parait logique de privilégier les déplacements de la vie quotidienne, les grandes distances n’en font pas partie. Mais à l’association on se demande comment cela va pouvoir se traduire sur l’ex-Auvergne car sur le réseau ferré à l’arrêt il va falloir remettre les trains en circulation, inspecter les passages à niveau… c’est essentiel pour la sécurité et on espère qu’on ne sera pas les derniers de la région même si la Métropole de Lyon est prioritaire.
Il va falloir cibler les voies qui sont le plus utilisées pour les trajets domicile-travail, on pense à l’axe nord-sud qu’il faut rétablir de Moulins (Allier) à Brioude (Haute-Loire) et non plus s’arrêter à Vic-le Comte dans le Puy-de-Dôme ; il y a aussi la ligne Clermont-Ferrand-Thiers. Après viendra la 2ème phase, la totalité du réseau, en attendant il faut des bus par exemple sur la liaison Clermont-Nîmes et faire attention à l’enclavement des territoires. Les transporteurs ont des capacités et pourront réinjecter des bus de substitution sur le réseau TER, d’autant qu’ils n’ont pas en ce moment les déplacements touristiques. Cela ne devrait pas être une question de coût puisqu’en théorie un kilomètre en train c’est 20 euros, contre 3 environ en car.

Et en ville ?

Comme ailleurs porter des masques parait évident, disposer de gel hydroalcoolique dans les gares. On n’a pas trop d’inquiétudes sur les capacités car en Auvergne ça ne va pas revenir trop vite, on pourra assurer la distanciation sociale. La difficulté ce sera la clientèle scolaire, mais elle reviendra progressivement semble-t-il. C’est on le sait un élément de surcharge en heures de pointe. Cependant ça ne devrait pas être la cohue dans les villes d’Auvergne.

Le vélo peut-il devenir une alternative aux transports en commun ?

Pourquoi pas. C’est le mode déplacement de proximité le plus sûr moyennant les précautions et leur mise en œuvre. On va le conseiller d’autant plus que la saison s’y prête. Ce qu’on espère, c’est que des voies de circulation sécurisées, les voies cyclables de déconfinement soient mises en place, l’insécurité étant le principal frein à l’usage du vélo.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports en commun économie transports crise économique