Covid-19 à l'école : une soixantaine de classes fermées en Isère, Savoie et Haute-Savoie depuis la rentrée

Une semaine après la rentrée scolaire, les cas de Covid à l'école entraînent la fermeture d'une soixantaine de classes en Isère, Savoie et Haute-Savoie. Rappel du protocole mis en place par l'Education nationale.
Des salles de classe vides en raison de la pandémie. Photo d'illustration
Des salles de classe vides en raison de la pandémie. Photo d'illustration © IP3 PRESS/MAXPPP

Ils n'auront pas beaucoup usé les bancs de leur école. Moins d'une semaine après la rentrée scolaire, plus de 1500 élèves sont déjà de retour à la maison en Isère, et dans les deux Savoie.

Des cas positifs au coronavirus ont été déclarés dans 57 classes de primaire entre le 2 et le 7 septembre, entraînant leurs fermetures, selon des chiffres du rectorat de l'académie de Grenoble : 


Des chiffres révélateurs des contaminations par département

Ces chiffres semblent cohérents avec les données de circulation du virus dans nos différents territoires. Si tous les indicateurs montrent un ralentissement de la propagation du coronavirus, la Haute-Savoie reste la plus touchée avec un taux d'incidence de 155,5 au 4 septembre, si l'on en croit les chiffres fournis par l'application TousAntiCovid.

En Savoie, le nombre de personnes testées positives pour 100 000 habitants s'établit à 132,7 tandis qu'en Isère le taux d'incidence est de 130,6. La moyenne nationale étant de 137,8.
 

Quel protocole à l'école ?
 

Lorsqu'un élève s'avère positif au coronavirus en primaire, il est placé à l'isolement pendant dix jours. Ses camarades de classe sont eux renvoyés à la maison pour suivre des cours à distance pendant sept jours.

Dans le secondaire, le protocole mis en place par l'Education nationale est différent.

Si un collégien ou un lycéen est positif au Covid-19, il doit s'isoler pendant dix jours. En revanche, la détection d'un cas positif n'entraîne pas de fermeture de classe de manière systématique.

Seuls les cas contacts de cet élève peuvent être impactés, en fonction également de leur niveau de vaccination. Si un enfant est déclaré cas contact mais qu'il est vacciné, il est autorisé à poursuivre ses apprentissages dans son établissement, sous réserve de tests PCR négatifs effectués à J+1, puis à J+7.

S'il s'avère qu'un enseignant est positif, la classe n'est pas automatiquement fermée.

Comme pour n'importe quel salarié, la liste des cas contacts est établie. Les élèves ne sont pas considérés comme sujets à contamination dans la mesure où les gestes barrières auront été respectés.
 

Des campagnes de dépistage

Des campagnes de dépistage devraient être menées dans les établissements scolaires dans les prochaines semaines.

Le rectorat et l'Agence Régionale de Santé réfléchissent à la mise en place de tests salivaires dans le primaire notamment et d'autotests dans les lycées.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société covid-19 santé