Covid-19 et fermeture des remontées mécaniques : 2500 personnes en chômage partiel à la Compagnie des Alpes

La fermeture des remontées mécaniques pour Noël devrait avoir de lourdes conséquences pour l'économie des stations de ski. Sur le front de l'emploi, la Compagnie des Alpes, qui gère 11 stations, va placer en chômage partiel environ 2500 personnes, dont une majorité de saisonniers.
Avec l'interdiction d'ouverture des remontées mécaniques, les pistes de ski devraient être bien vides pour Noël - Photo d'illustration.
Avec l'interdiction d'ouverture des remontées mécaniques, les pistes de ski devraient être bien vides pour Noël - Photo d'illustration. © Cédric MERAVILLES - Maxppp
La Compagnie des Alpes va mettre en chômage partiel environ 3.900 personnes, du fait de la fermeture des remontées mécaniques et des parcs de loisirs pendant les vacances de Noël, a indiqué son PDG Dominique Marcel dans une interview aux Echos dimanche.


"2.500 personnes", essentiellement des saisonniers, vont être mises au chômage partiel du fait de la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski, a indiqué M. Marcel. La prolongation de la fermeture des parcs de loisirs comme le Parc Asterix ou le Futuroscope, gérés par la Compagnie des Alpes, amènera du chômage partiel pour "près 1.400 personnes" également, a-t-il expliqué.
    
Dominique Marcel juge "incompréhensible" les deux décisions. Sur les stations de ski, la filière avait "négocié un protocole +station+ extrêmement rigoureux" pour éviter une telle situation, affirme-t-il. "La filière rencontre le Premier ministre ce lundi [30 novembre, NDLR], et nous nous battons toujours", selon M. Marcel.

Quant aux parcs de loisirs, "nous avons fait la démonstration cet été que nous pouvions travailler avec une capacité d'accueil restreinte et un protocole sanitaire rigoureux", indique-t-il.

Le chiffre d'affaires de la Compagnie des Alpes a déjà subi un "manque à gagner" de 240 millions d'euros sur son exercice clos le 30 septembre, "soit une baisse de 28%" du chiffre d'affaires annuel, a souligné M. Marcel.
 
A 65 ans, il est le PDG de la Compagnie des Alpes depuis mars 2009 et doit laisser prochainement la fonction de directeur général pour ne garder que celle de président. Cette transition est envisagée pour l'expiration de son mandat actuel, en mars, mais "il n'est pas exclu que je demeure encore PDG un peu après mars", a-t-il précisé. 

L'entreprise cotée, dont la Caisse des dépôts détient près de 40% du capital, est leader mondial de l'exploitation des domaines skiables avec 11 stations. Elle possède également des destinations de loisirs (Futuroscope, Parc Astérix, Grévin).

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
stations de ski économie tourisme