Covid-19 : en Italie, 500 familles de proches décédés du virus réclament 100 millions d’euros à l’État

Environ 500 familles de victimes de la pandémie de Covid-19 vont déposer une plainte au civil et réclamer cent millions d’euros à l’État italien qu'ils accusent "de graves omissions dans la gestion de la cris"e, rapportent ce mercredi 23 décembre les médias italiens 

La plainte vise le chef du gouvernement Giuseppe Conte, le ministre de la Santé Roberto Speranza et Attilio Fontana, président de la Lombardie, région la plus touchée par la pandémie avec près de 25.000 des quelque 70.000 morts enregistrés en l’Italie depuis février.

Cette plainte au civil fait suite à environ 300 plaintes au pénal, selon une association de proches des victimes à l’origine de ces procédures judiciaires, le Comité «Noi denunceremo» (nous dénoncerons), déposées au cours des derniers mois, essentiellement auprès du parquet de Bergame (nord).

Le parquet mène plusieurs enquêtes distinctes liées à cette tragédie.

D’importants reproches sur la mise en place des "zones rouges"

Les avocats de «Noi denunceremo» reprochent «de graves omissions aux autorités publiques régionales lombardes et au gouvernement central» dans l’organisation de la riposte à la pandémie, écrit mercredi le quotidien local «Bergamonews» sur son site.

Ils critiquent, entre autres, l’absence d’un plan national anti-pandémies mis à jour et les retards dans la création d’une «zone rouge» en février, comprenant deux communes du département de Bergame, Nembro et Alzano Lombardo, particulièrement touchées par le coronavirus.

Les premières «zones rouges» ont été établies fin février sur décision du gouvernement italien et ont concerné une dizaine de municipalités en Lombardie, notamment Codogno, la ville du «patient numéro un».

Début mars, l’épidémie a continué de se propager, avec deux foyers plus importants, dans les deux communes de Nembro et d’Alzano mais la zone rouge n’y a été instaurée que le 9 mars, les autorités régionales et le gouvernement de Rome se rejetant la responsabilité de ce retard.

L'Italie reconfinée

Ces plaintes interviennent alors qu'un nouveau confinement est entré en vigueur en Italie pour les fêtes de fin d’année, depuis 21 décembre au 6 janvier, pour éviter un nouveau rebond de l’épidémie de COVID-19, a annoncé le président du Conseil Giuseppe Conte. « Nos experts craignent que la courbe de contagion n’augmente pendant la période de Noël », a-t-il justifié à l’issue d’un conseil des ministres.

Pendant cette période, il est  interdit de voyager d’une région à l’autre, y compris pour se rendre dans une résidence secondaire, sauf pour motif de santé ou professionnel. Le commerce de détail, dont les bars et restaurants, est fermé. En théorie, une seule sortie par foyer et par jour est tolérée. Les célébrations religieuses seront autorisées jusqu’à 22 h.

Le chef de l’exécutif a concédé que les autorités n’avaient ni les moyens ni la volonté de contrôler le respect des mesures de confinement à domicile, mais il a demandé aux Italiens de respecter la limite de deux invités adultes.

Les commerces alimentaires, mais aussi les salons de coiffure, les pharmacies, les bureaux de tabac et les blanchisseries - de même que les librairies - resteront en revanche ouverts.

« Nous pouvons parler de zone rouge », a déclaré Giuseppe Conte, précisant que le confinement serait allégé les 28, 29, 30 décembre ainsi que le 4 janvier. Ces jours-là les commerces seront accessibles jusqu’à 21 h, et il sera possible de se déplacer sans justification.

L’Italie compte 60 millions d’habitants et a l’une des populations les plus âgées d’Europe. La décision a été prise à l’issue de plusieurs jours de discussions au sein de la coalition gouvernementale, dont certaines composantes souhaitaient un confinement total et d’autres, des mesures plus limitées pour ménager les entreprises en difficulté et permettre les rassemblements familiaux.

 l'Italie frappée elle aussi par la nouvelle variante du Covid-19

La nouvelle variante du coronavirus, qui a provoqué l'isolement du Royaume-Uni, a également été détectée sur les tests de trois personnes en Italie. l'Italie pourrait bien aussi affronter la nouvelle variante du coronavirus, jugée plus contagieuse. Elle a en tout cas été détectée auprès de trois Italiens, "C'est officiel pour un couple : lui est britannique, elle est italienne. Ils vivent dans la région de Rome", rapporte Alban Mikozy pour France 2 . "C'est très probable également pour une étudiante italienne qui vit en Angleterre et qui est rentrée à Bari, dans le sud de l'Italie" 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société justice politique italie international