Covid-19 : quand des photos de skieurs agglutinés dans la station de ski de Verbier "écornent" l'image de la Suisse

La Suisse à vrai dire s'en serait bien passée : les photos de skieurs en grappes, agglutinés pour prendre leur forfait dans la station de Verbier, ont vite fait le tour des réseaux sociaux. Et la presse reproche vertement à la station "d'avoir écorné l'image de la sécurité suisse" chez les voisins.
"Après le gros dérapage d’hier et une intervention musclée, tout était parfait ce matin à Verbier. J’en appelle désormais à la responsabilité individuelle pour que tout se passe au mieux avec distance sanitaire".

C'est par ces mots, et avec des photos attestant du changement, en guise de preuve par l'image, que le président du  gouvernement du Canton du Valais, Christophe Darbellay fait son mea culpa et se félicite sur sa page Fecebook de "la sécurité sanitaire rétablie", avec des commentaires filtrés, comme "les plus pertinents" tous très élogieux pour la "magnifique Suisse".
 
Publiée par Verbier sur Dimanche 6 décembre 2020



C'est ailleurs que l'on trouvera ces fameuses photos qui  ont pour le moins fait le buzz ce week-end, et lancé la polémique sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la presse nationale Suisse. C'est d'ailleurs le quotidien du Valais Le Nouvelliste qui en a fait sa Une.

Des scènes de cohues devant les caisses et au départ des remontées mécaniques, des skieurs agglutinés, sans barrières, ni distance sociale, ni personnel supplémentaire, de quoi nourrir un sacré coup de chaud et de colère sur la station du Valais, surtout quand en plus, un restaurateur de la station, fou de rage, s'exprime dans la presse étrangère, au journal 20 minutes par exemple, très lu en Suisse : "C’est vraiment un scandale d’anéantir nos efforts par des comportements inappropriés, alors que nous, nos établissements sont fermés".

 

"L'image de sécurité de la Suisse risque d'être écornée"


Le canton a dû rappeller les responsables de la station à l'ordre, laquelle a été "forcée de réagir" selon le Nouvelliste. Depuis samedi, à Verbier, on ne cesse de renouveller (ses) plus plates excuses et ses explications : "Samedi, nous avons été dépassés pendant une trentaine de minutes. Nous ne pouvions plus corriger le tir sur le moment. Le mal était fait», a expliqué Laurent Vaucher, directeur de Téléverbier. Ce matin, nous avons mis en place les mesures que l’on voulait déployer pendant la semaine. Il nous reste quelques ajustements à faire, mais nous sommes prêts

Le président de la commune a reconnu "qu'une telle situation était inacceptable" et indiqué que les mesures correctives pour faire respecter la distanciation sociale étaient mises en place.
 
De quoi échauder et rendre prudentes les autres stations de nos voisins suisses, à l'heure où en France, le débat fait rage. La mobilisation contre la fermeture des remontées mécaniques s'est amplifiée. Certains élus et les professionnels de la montagne ont même saisi le Conseil d'Etat quand d'autres ont préféré "pousser la chansonnette", comme le maire de Châtel.
 
En attendant, les stations suisses ont "intérêt à bien se tenir", rappelle lui-même un peu ironiquement Christophe Darbellay...
 
Le Conseil fédéral a en effet, lui aussi, pris de nouvelles mesures pour éviter une nouvelle progression du virus durant les vacances de Noël. Les domaines skiables ne pourront ouvrir ou rester ouverts qu'avec une autorisation cantonale, qui ne sera accordée que si la situation épidémiologique le permet. Dans les remontées mécaniques fermées, la capacité sera limitée à deux tiers des places.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société polémique suisse international ski sport stations de ski économie tourisme