COVID 19 : les rassemblements limités à 30 personnes dans le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire

Mercredi 23 septembre, lors d’une conférence de presse, Olivier Véran, ministre de la Santé, a indiqué que le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire sont placés en zone alerte au COVID 19. Les rassemblements privés y sont limités.
 

Depuis le mercredi 23 septembre, le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire sont placés en zone alerte au COVID 19.
Depuis le mercredi 23 septembre, le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire sont placés en zone alerte au COVID 19. © Jérémie FULLERINGER / MAXPPP
Mercredi 23 septembre, Olivier Véran, ministre de la Santé, a tenu sa conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire et les mesures gouvernementales pour y faire face. Un conseil de défense était consacré au COVID 19 dans la matinée. Concernant l’Auvergne, il a indiqué que le Puy-de-Dôme et la Haute-Loire sont placés en alerte. En effet, le taux d’incidence y est supérieur à 50 nouveaux cas pour 100 000 habitants. Par conséquent, dès lundi 28 septembre, la jauge des rassemblements privés est baissée à 30 personnes maximum. Les événements devront se tenir « en petits comités » indique le ministre de la Santé. Le 20 septembre, Santé Publique France a publié le taux d’incidence en Auvergne pour 100 000 habitants sur les 7 derniers jours. En Haute-Loire, il est de 61,3 et dans le Puy-de-Dôme, il est de 72,4.

Un message solennel

Le ministre de la Santé a présenté des données qui l'amène à assurer que, “si la situation devait évoluer de manière constante”, les services de réanimation d'Ile-de-France et d'Auvergne-Rhône-Alpes pourraient être à plein, sans une possible hausse de lits, à la mi-octobre. Face à ces chiffres, le ministre de la Santé appelle à passer un "message solennel", parce que "nous devons protéger nos hôpitaux. Nous devons protéger nos services de réanimation. Nous devons protéger les Français". Il appelle ainsi les Français à respecter les gestes barrière, mais surtout à la "réduction des interactions sociales, autant dans la sphère publique et dans la sphère privée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société