Crimes de Montluçon : 30 ans requis contre un accusé, la perpétuité pour le second

Vendredi 23 octobre, lors du procès des crimes de Montluçon, à la cour d’assises du Puy-de-Dôme, l’heure était aux réquisitions de l’avocat général. Il a requis 30 ans de réclusion contre un accusé et la perpétuité pour le second.
 

Vendredi 23 octobre, l'heure est aux plaidoiries et aux réquisitions à la cour d'appel du Puy-de-Dôme, à Riom.
Vendredi 23 octobre, l'heure est aux plaidoiries et aux réquisitions à la cour d'appel du Puy-de-Dôme, à Riom. © Camille Da Silva / FTV
Vendredi 23 octobre, se tient à Riom, à la cour d’assises du Puy-de-Dôme, le quatrième jour du procès des crimes de Montluçon. Ce vendredi matin, l’heure était aux réquisitions de l’avocat général. Il a requis 30 ans de réclusion criminelle à l’encontre du plus jeune accusé, mineur au moment des faits. Quant à l’autre, il souhaite qu’il écope de la perpétuité. Les peines demandées sont les mêmes que celles qui avaient été les leurs en première instance. En premier instance, en novembre 2019, la cour d’assises de l'Allier avait condamné le premier accusé à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans et le second accusé, mineur au moment des faits, à 30 ans de réclusion.
« Ils ont piétiné massacré et craché sur la dignité humaine. Je n’avais jamais vu un dossier avec une telle intensité d’horreur », ce sont les mots de l’avocat général. Ce matin les quatre avocats des parties civiles ont aussi plaidé. Ils sont revenus sur les actes odieux qu’on subit ces trois retraités victime d’acte de barbarie et de torture avant d’être tués, sans oublier cette jeune femme qui a été violée plus d’une dizaine de fois pendant plus de 2h. 

La défense va plaider cet après-midi

« Je vous demande que la douleur des familles soient entendue. Vous n’imaginez pas l’horreur que j’ai dû affronter lorsque j’ai consulté le dossier pour la première fois » a déclaré l’une des avocates des parties civiles. Cet après-midi les trois avocats de la défense plaideront à leur tour. Pour rappel les deux accusés étaient âgés de 17 et 18 ans au moment des faits qui se sont produits à Montluçon en mars 2017.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société