Dimanche en Politique en Auvergne : vivre au pays

Vivre au vert est redevenu tendance / © Thierry Zoccolan - AFP
Vivre au vert est redevenu tendance / © Thierry Zoccolan - AFP

Dimanche en Politique a exploré dimanche 29 septembre les nouvelles ruralités en Auvergne. Quels sont les besoins de ces territoires et comment les aider ? Les contrats de ruralité sont-ils une solution pour leur développement ?
 

Par Cyrille Genet

En Auvergne, Jean-Claude Daurat, Président de la communauté de communes Ambert-Livradois Forez et Maire de Dore-L’Eglise dans le Puy-de-Dôme a été un des premiers à signer un contrat de ruralité à la fin de l’année 2017. Un contrat qui dresse un état des lieux du territoire, liste les actions à entreprendre et fixe le montant des sommes qui y seront consacrées.

Ces contrats de ruralité, le sénateur du Cantal Bernard Delcros (Union centriste) les a proposés puis étudiés de près avant de rendre en juillet 2019 un rapport parlementaire d’évaluation. Il dresse la liste des réussites et des lacunes et plaide pour leur reconduction, voir leur renforcement. "C’est un outil moderne de développement rural qui permet de donner de la lisibilité aux élus comme aux acteurs économiques. Le bilan qu’on en tire aujourd’hui, est tout à fait positif, près de 500 contrats signés en France. Le problème que l’on rencontre c’est que ces crédits réservés à la ruralité ont été fondus dans des crédits de droit commun, ce qui change complétement la donne. Ce que je propose c’est une nouvelle génération de contrats à partir de 2020, mais vraiment avec des crédits réservés et en les ciblant sur les territoires les plus fragiles".
Beranrd Delcros, sénateur du Cantal
Invité de Dimanche en Politique consacré à l'avenir des territoires ruraux.
A peine plus d’une semaine après l’annonce par Edouard Philippe de l’Agenda Rural, ils estiment que la ruralité doit évoluer pour construire son avenir car comme le dit Jean-Claude Daurat : "La ruralité est dans nos gènes, nous n’avons connu que cela. Il est difficile de s’en dissocier et je crois que nous sommes fiers d’avoir pu mener une existence sur des territoires qui sont immensément riches, où il fait bon vivre. Et notre souhait aujourd’hui, c’est tout simplement de pouvoir perpétuer cette vie professionnelle, familiale, sociale qui a été la nôtre pendant des décennies". Et de citer des réalisations récentes concernant l’attractivité du territoire pour lutter contre le déclin démographique, l’offre de soins avec une répartition là où les besoins se font sentir, la transition écologique pour aller vers un territoire à énergie positive "et aujourd’hui, on commence à en mesurer les résultats".
Jean-Claude Daurat, président de la communauté de commune Ambert - Livradois Forez
Invité de Dimanche en Politique consacré à l'avenir des territoires ruraux.

 

Sur le même sujet

Les + Lus