"Certains de mes patients ont eu de graves effets secondaires", un médecin refuse de se faire vacciner et ferme son cabinet dans la Drôme

Un médecin généraliste explique pourquoi il refuse toujours de se faire vacciner même si cela l'oblige à fermer son cabinet. La Drôme est le département le plus touché de France avec un taux d'incidence qui dépasse les 1000 cas pour 100 000 habitants.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Ne remplissant pas les conditions requises par la loi du 5 aout 2021 je suis contraint de suspendre mon activité pour une durée indéterminée."

Voici le message que les patients du docteur Raphaël Naville entendent désormais sur son répondeur depuis la mi-septembre.  

Le médecin généraliste de la commune de Saint-Barthélémy-de-Vals, explique pourquoi il refuse de se faire vacciner :

"J'ai reçu des patients qui avaient mal supporté le vaccin dont plusieurs cas d'effets secondaires graves notamment deux patients qui avaient entre 40 et 50 ans et ça m'a quand même alerté. Le rapport bénéfice risque, en tout cas pour quelqu'un comme moi je le juge toujours défavorable." 

Plus de médecin dans un désert médical 

Un choix que respectent ses patients et les habitants même s'ils ne cachent pas leur déception : "On s'était dit super on a un jeune médecin, on va le garder longtemps et là c'est son choix mais c'est compliqué pour nous" explique une commerçante.  

"Je me retrouve sans médecin. Beaucoup de médecins ne prennent plus de nouveaux patients car ils sont débordés" ajoute une femme devant le cabinet fermé. 

La Drôme en effet compte de nombreuses zones de déserts médicaux et les dispositifs se multiplient pour tenter de résoudre le problème. 

"Il a bénéficié d'une aide à l'installation et de la communauté de commune qui a pris en charge le loyer pendant une année. Nous pensions être tranquille pour plusieurs années..." se désole le maire, Ludwig Montagne. Il ne porte pas de jugement sur le choix du médecin mais pense à ses 1900 administrés en espérant qu'il trouveront des solutions. 

Le département le plus touché de France 

Raphaël Naville vit sa décision comme un crèvecœur. Sa position n'est pas celle d'un antivaccin : il a accepté de vacciner  des personnes âgées, reçu tous les autres vaccins obligatoires, mais à 30 ans il reste effrayé par celui du COVID. 

Une réticence et des craintes qui résonnent particulièrement  sur ce territoire puisque le département de la Drôme est celui de France où le virus circule le plus. 

"On n'a pas d'explication" commente le directeur de l'Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes. Le taux d'incidence dans la Drôme atteint les 1000 cas pour 100 000 habitants contre 505,7 de moyenne nationale en France. 

Plus de cas mais moins d'hospitalisations

"L'an dernier au pic de la vague nous atteignions un taux d'incident de 740 cas sur 100 000 mais nous avions 30 % de plus d'hospitalisés. Voilà qui témoigne de l'efficacité de la vaccination notamment sur les cas graves"

Dans la Drôme 83,7 % des plus de 12 ans sont vaccinés contre 88,8 % dans le reste du pays. Le département ne fait donc pas partie des trois département les moins couverts par la vaccination ( Seine Saint Denis (76.7%), Alpes de Haute Provence (77%) et Bouches du Rhône (79,16) 

Retrouvez tous les chiffres par département 

"La vaccination est indispensable et utile pour éviter les cas graves, ça n'est donc pas une bonne chose que les professionnels de santé ne soient pas vaccinés." a commenté le président de l'Agence Régionale de Santé Aura. "La règle est la règle" a t-il conclu au sujet du médecin de Saint-Barthélémy-de-Vals dont le cabinet restera fermé jusqu'à nouvel ordre en application de la loi du 5 août 2021