Drôme : L'hôpital de Montélimar en grève contre le vaccin imposé aux soignants

Les personnels hospitaliers soignants et non-soignants de la CGT ont appelé à la grève du Groupement Hospitalier de Porte de Provence le jeudi 22 juillet. Ils protestent contre la vaccination obligatoire.
A l'appel de la CGT certains membres du personnel de l'hôpital de Montélimar refusent ce qu'il qualifient de  "vaccination forcée"
A l'appel de la CGT certains membres du personnel de l'hôpital de Montélimar refusent ce qu'il qualifient de "vaccination forcée" © Le Pictorium/Maxppp

"Un préavis de grève local a été lancé  à la demande de bon nombre d'agents sur le GHPP, pour dénoncer l'odieux chantage mis en œuvre pour une vaccination forcée." Le communiqué de la CGT est très offensif et appelle à une mobilisation des agents du Groupement Hospitalier de Porte de Provence à Montélimar dans la Drôme, à partir du jeudi 22 juillet 2021. 

Le syndicat demande une reconnaissance en accident du travail de toute personne contractant la COVID-19 dans le cadre de ses fonctions professionnelles. Les revendications portent principalement sur le refus de la vaccination obligatoire au nom du droit à la liberté et à la sureté ainsi que du droit au secret médical. 

Un sentiment de chantage 

"Je ne suis pas un rat de laboratoire" voici le type de remarque qu' Elsa Ruillère, représentante locale de la CGT dit entendre ces derniers jours. "Tout le monde a mis quelques jours avant de réaliser ce qui se passait" précise-t-elle. "Et puis on a été contactés par des agents qui se sentent de plus en plus discriminés. On a le sentiment d'un chantage sur les personnels hospitaliers."

"Nous ne sommes pas contre la vaccination mais pour un choix éclairé et un consentement libre pour tous. Nous sommes contre l'obligation vaccinale sous peine d'être licenciés."

Un an de prison et 45 000 euros d’amende.

Au-delà de la date butoir fixée au 15 septembre, les professionnels qui ne pourront justifier d’un pass sanitaire recevront une notification d’interdiction d’exercer, soit par leurs employeurs, soit par la caisse d’assurance maladie.
Le texte précise que "le fait pour un professionnel de ne plus pouvoir exercer pendant une période de plus de deux mois justifie son licenciement". A défaut, la sanction prévue est très lourde : un an de prison et 45 000 euros d’amende.

Avant-projet de loi sur l’o... by Public Sénat

"2020 applaudis, 2021 trahis !"

"On va aussi devoir se retrouver à faire la police ! On va devoir vérifier les pass sanitaires des patients qui ont rendez-vous à l'hôpital. Mais où va-t-on?" Le slogan de la mobilisation prévue le vendredi 23 juillet devant l'hôpital de Montélimar résume l'amertume des personnels mobilisés :"2020 applaudis, 2021 trahis !".

Un préavis de grève illimitée a été déposé à partir du jeudi 22 juillet à midi afin de s'opposer à cette obligation et dénoncer "une situation dégradée et perdurante au sein des établissements de santé". 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société vaccins - covid-19 mouvement social économie social