Drôme : la fermeture de la maternité de Die a-t-elle mis des vies en danger? Plusieurs parents témoignent

La petite Lou est née dans la voiture de ses parents. "On était au milieu de nulle part" raconte son père / © S.Hyvon
La petite Lou est née dans la voiture de ses parents. "On était au milieu de nulle part" raconte son père / © S.Hyvon

Des parents scandalisés et un collectif d'habitants en appellent à la ministre de la santé après le décès in utéro d'un enfant lundi 18 Février. Situé à dix minutes du domicile des parents, la maternité de Die a fermé en décembre 2017. L'ARS a diligenté une enquête. 

Par Alexandra Marie

Lundi soir, une habitante de Châtillon-en-Diois (Drôme) a perdu son bébé in utero après sept mois de grossesse. Son conjoint, dénonce des délais trops longs de prise en charge.  Selon lui, la fermeture de la maternité de Die en décembre 2017 est en cause dans le drame qui touche sa famille. 
 
" Pour nous c'est fait, mais les autres? " ce père endeuillé demande la réouverture de la maternité de Die


"C'est pas humain ce qu'on vit! la voix tremblante et déterminée. Je pense aussi à tous les gens autourde nous, les femmes enceintes. Madame la ministre je m'adresse à vous. Pour nous, c'est fini, on peut plus rien faire mais les autres?"

La maternité la plus proche se trouve désormais à 74 kilomètres de là, à Montélimar. 

Le collectif de défense de l'hôpital de Die réclame à la Ministre de la Santé "la réouverture" de la maternité, "avec les moyens humains et matériels nécessaires à leur bon fonctionnement" et annonce une marche blanche le samedi 2 mars à 11 h au départ du Centre hospitalier de Die. 
 
Pendant plusieurs années les habitants ont lutté pour maintenir, en vain, la maternité sur ce territoire reculé de la Drôme


L'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes annonce dans un communiqué qu’une mission d’enquête va être diligentée dans les prochains jours. Cette mission devra ainsi déterminer les conditions de prise en charge de cette patiente, y compris les éléments de suivi à domicile dans le cadre de cette grossesse jugée à risque."

Le 13 février dernier, à Die un couple a été contraint de faire venir son bébé au monde dans sa voiture. " Ce n'est pas normal fustige le père de la petite Lou. On a eu une chance inouïe parce que tout s'est bien passé. Ca ne peut plus continuer, qu'est ce que leur faut de plus? " interroge-t-il. 

Aux critiques formulées contre la nouvelle répartition des maternités sur le territoire l'ARS tient à rappeller que "le dispositif de suivi des femmes enceintes sur le Diois par les professionnels du Centre périnatal de proximité de Die, et de prise en charge en urgence, renforcée il y a plus d’un an, fonctionne parfaitement."

 
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus