Drôme : Le corps retrouvé à Châteauneuf-sur-Isère est bien celui du père de famille disparu, un homme a été écroué

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ana K
Le Palais de Justice de Valence.
Le Palais de Justice de Valence. © N.Ferro

Un corps a été retrouvé le 11 novembre au matin par des chasseurs à Chateauneuf-sur-Isère. L'autopsie réalisée ce vendredi 12 novembre confirme qu'il s'agit d'un père de famille dont les proches n'avaient plus de nouvelles depuis le 3 novembre. Il s'agirait d'un meurtre crapuleux.

Le jeudi 11 novembre au petit matin, un corps a été retrouvé par des chasseurs sur la commune de Chateauneuf-sur-Isere. Les analyses ADN sont formelles : il s'agit bien du corps de Denis Allione, un expert comptable d'une cinquantaine d'années, de Portes-les-Valences dont la famille sans nouvelles depuis le 3 novembre, avait déclaré sa disparition le 7 novembre.

L'autopsie réalisée ce 12 novembre à l'Institut Médico-légal de Grenoble permet de déterminer que la victime a fait l'objet de nombreuses violences causées par un objet contondant et une arme blanche. La date du décès ne peut être exactement précisée.

Un crime crapuleux


Les investigations menées par les gendarmes de Loriol ont permis de découvrir le véhicule de la victime le 10 novembre. Dès les premières constatations réalisées par la cellule d'investigations criminelles de la Drôme, de l'Isère et de l'Ardèche, les enquêteurs découvrent des traces de sang dans le coffre du véhicule de la victime ainsi qu'à son domicile. Ils déterminent que la voiture de Monsieur Allione a été utilisée par un certains Bernard G, 21 ans, actuellement sans emploi depuis avril 2021 et ancien gendarme adjoint volontaire.

La section de recherches de Grenoble est alors saisie par le parquet de Valence qui dirige les investigations. Une vingtaine d'enquêteurs de cette unité sont immédiatement engagés. Ils sont appuyés par une cinquantaine de gendarmes du groupement de la Drôme et autant de gendarmes mobiles des escadrons de Sathonay camp et de Bourg-Saint-Andéol.

Les investigations démontrent que le mis en cause a réalisé plusieurs retraits d'argent avec la carte bleue de la victime et qu'il aurait utilisé le véhicule de la victime durant plusieurs jours. Ces éléments permettent de penser que le mobile des faits est crapuleux.

Le suspect en détention provisoire 

Le 10 novembre en milieu de journée le principal suspect est interpellé et placé en garde-à-vue, comme le seront ensuite deux personnes de son entourage proche. Ils sont entendus par les gendarmes dans le cadre d'une enquête ouverte pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Les deux proches de Bernard G.  mis hors de cause ont été laissés libres le 11 novembre. Le suspect, qui en l'état conteste les faits,  a fait l'objet ce jour en début d'après midi, d'une présentation au parquet, à l'issue de sa garde à vue.

L'ouverture d'une information judiciaire du chef d'enlèvement et séquestration suivis de mort a été requise, et le suspect mis en examen à ce titre. Le parquet a requis son placement en détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention l'a placé sous mandat de dépôt.

Les investigations se poursuivent sur commission rogatoire, sous la direction du juge d'instruction près le tribunal judiciaire de Valence.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.