Flamme Olympique Paris 2024. "Courir pour mon frère et les victimes d'attentats". Vincent portera la flamme paralympique

Plus sur le thème :

Ils seront mille. Mille relayeurs à porter la flamme paralympique pour les J.O. de Paris en août 2024. Parmi eux, un Drômois. Vincent Feuillade fera un bout du parcours en hommage à son frère et aux victimes d'attentats. Portrait d'un homme blessé, mais toujours debout.

Quand on lui pose la question, il y a d'abord un long et pesant silence. Puis, des larmes. Et des sanglots contenus. Mais Vincent ne se démonte pas. Très vite, il recouvre ses esprits. Et les mots sortent, comme un flot ininterrompu. Parce qu'il faut que ça sorte. Il explique. Calmement, posément, mais avec conviction. "Mon frère, c'était la joie de vivre. La vie, pour lui, c'était profiter. Il aimait sa compagne, ses amis, sa famille". Vincent a perdu son jeune frère lors des attentats de Paris en novembre 2015. Le sport a été une thérapie. Son médecin lui a déconseillé la pratique du kickboxing : "tu vas prendre des coups et devoir en donner, fais plutôt de la course". Depuis, Vincent court. Seul ou en famille. Sur son mollet, il s'est fait tatouer la devise de la ville de Paris, fluctuat nec mergitur ("il est battu par les flots, mais ne sombre pas"). Un hommage à son frère disparu. "Quand je cours, il est là, avec moi" raconte Vincent.

Éclaireur de la flamme paralympique

Vincent a vu passer les annonces pour les Jeux Olympiques et les candidatures pour porter la flamme olympique. Il a tenté sa chance. Elle lui a souri. Il fait partie de ces chanceux qui se relaieront pour raviver la flamme des jeux paralympiques.

À un moment de la vie, toutes les nations sont là, ensemble, au même endroit pour la même chose. Il n'y a pas de différences entre les athlètes. Pour les jeux paralympiques, je les trouve encore plus méritants.

Vincent Feuillade, "éclaireur" de la flamme paralympique

Une flamme pleine de symboles

Pour Vincent, il y a beaucoup de symboliques dans ce parcours qu'il effectuera avec sa femme en août prochain. "On part de notre région de cœur (la région Rhône-Alpes-NDLR) pour rejoindre Paris, notre région de naissance. Là aussi où est mort mon petit frère".

La flamme paralympique sera allumée en Angleterre le 24 août. Elle traversera le tunnel sous la Manche. Elle sera alors divisée en douze autres flammes qui convergeront toutes vers Paris, après avoir traversé les régions françaises.

Vincent fera ce relais en pensant aux victimes d'attentats, comme son frère. "Ça aurait été sympa s'il avait été là. Mais il est dans ma tête et dans mon cœur. C'est le principal".