Meurtre de Thomas : le point sur l'enquête à la veille des obsèques de l'adolescent dans la Drôme

Ce jeudi 23 novembre, des perquisitions ont eu lieu à Romans-sur-Isère, dans le quartier de la Monnaie, commune voisine de Crépol où s'est déroulé le drame. L'enquête se poursuit, alors que neuf personnes sont déjà placées en garde à vue.

Deux jours après l'interpellation de neuf suspects, des perquisitions ont eu lieu dans le quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère ce jeudi 23 novembre, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Guillaume Fort, l'avocat de quatre gardés à vue, a indiqué que les perquisitions ne se sont pas uniquement faites dans ce quartier, mais dans les différents lieux d'habitation des supects. 

Une cérémonie retransmise sur écran

Dans la nuit du 18 au 19 novembre, une dizaine de jeunes ont tenté de s'introduire dans la salle communale de Crépol, où se tenait un "bal d'hiver". L'un d'eux a blessé d'un coup de couteau un vigile qui tentait de le bloquer.

Des participants à la soirée sont alors intervenus. Dans la bagarre qui a suivi, Thomas, un adolescent de 16 ans, a été mortellement blessé au couteau. Huit autres personnes ont été blessées, dont certaines grièvement.

Après la marche blanche qui a rassemblé 6 000 personnes mercredi, les obsèques du jeune homme sont prévues vendredi 24 novembre à 10 heures, à l'église de Saint-Donat-sur-l'Herbasse.La cérémonie est réservée à la famille et aux proches. Un écran permettra aux autres personnes de suivre la cérémonie à l'extérieur. 

"D'autres personnes restent à identifier"

Dans le cadre de l'enquête, neuf personnes ont été interpellées, mardi 21 novembre. Certaines étaient déjà connues de la police. Selon le procureur de Valence, le principal suspect du coup de couteau mortel, a un casier judiciaire avec notamment deux amendes : "l'une pour recel de vol, l'autre pour port d'arme blanche ou incapacitante de catégorie D sans motif légitime". Le jeune homme était d'ailleurs sous une interdiction "de détenir ou porter une arme" pendant 2 ans, depuis le 25 septembre 2023.

"Certains ont été condamnés par des petits faits, d'autres n'ont eu aucune condamnation, c'est une caricature d'en faire de grands délinquants", a réagi Guillaume Ford, l'avocat de quatre suspects. 

Les gardes à vue vont durer jusqu'à samedi, a indiqué l'avocat, ce qui fera un total de 96 heures. Laurent de Caigny, procureur de la République de Valence, a précisé mercredi que "d'autres personnes restent à identifier ou à localiser et à interpeller".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité