Meurtre de Saint-Marcel-Lès-Sauzet (Drôme) : le meurtrier présumé passera devant les Assises

Découverte de 2 corps dans une habitation de Saint-Marcel les Sauzet / © F. Anteron/MAXPPP
Découverte de 2 corps dans une habitation de Saint-Marcel les Sauzet / © F. Anteron/MAXPPP

L'auteur présumé du double homicide, un SDF espagnol, sera finalement jugé par la cour d'assises de la Drôme, probablement dans le courant de l'année 2020.
 

Par Daniel Pajonk

Le double meurtre commis en juin 2018 sur deux retraités résidant sur la commune de Saint-Marcel-lès-Sauzet (Drôme) pourra donner lieu à un procès aux Assises. Ainsi en a décidé la contre-expertise psychiatrique réalisée par un expert lyonnais à la demande du juge d’instruction sur le SDF soupçonné d’avoir perpétré le double meurtre.
Ces résultats qui ont été communiqués aux avocats laissent entendre que le meurtrier présumé est «entièrement responsable» de ses actes. "L’individu ne présente, selon le rapport, aucune pathologie mentale avérée ou évolutive", indique Me Alain Fort, l’avocat des deux familles des victimes. "En revanche, le rapport fait clairement état de comportements narcissiques et pervers".
Tous ces éléments confirment ce que disait la première expertise psychiatrique qui l'avait reconnu totalement responsable de ses actes, ne constatant aucune abolition ni altération du discernement.

C’est l’expertise psychologique qui avait semé le doute, évoquant une psychose qui écartait la notion de discernement. A ce propos, l’avocat des familles estime que le psychologue est allé au-delà de sa mission : «le psychologue fait faire des tests pour tenter de comprendre le fonctionnent de l’individu, pas pour dire s’il est responsable ou pas des actes qu’il a commis».
 

Un crime d’une sauvagerie terrible

Le19 juin 2018, les corps de Jeanne Lelong, ancienne professeur de piano âgée de 84 ans et de l'un de ses amis, Paul Pastor âge de 67 ans, avaient été retrouvés morts, tués par arme blanche. Les corps aient été découverts par la femme de ménage alors que la maison était en partie inondée, l'auteur des faits ayant ouvert les arrivées d'eau pour tenter d'effacer les traces du meurtre, relèveront les enquêteurs.
Peu de temps après, un SDF espagnol d’une soixantaine d’années, avait été interpellé et placé en détention provisoire. Ce dernier avait contesté les faits qui lui étaient reprochés. Au grand soulagement des familles des victimes, le procès pourrait avoir lieu dans le courant de l’année prochaine.

Sur le même sujet

Les + Lus