Montélimar (Drôme): environ 300 personnes absentes du site d'Amazon sur 800 suite à une nouvelle grève

Malgré les mises en demeure du gouvernement et les grèves du personnel, Amazon refuse d'appliquer des conditions de travail adaptées à l'épidémie de Covid-19. La CFDT a appelé à la grève ce mercredi matin.
Le site Amazon de Montélimar (Drôme).
Le site Amazon de Montélimar (Drôme). © Google Street View
Par crainte que les salariés d'Amazon soient contaminé, la CFDT a appelé à la grève ce mercredi 8 avril au matin. Ils sont ainsi "entre 40 et 50%" des salariés à être absents du site de Montélimar "entre les grévistes, le personnel en repos et les arrêts maladie" selon Julien Vincent, Délégué syndical central CFDT Amazon France logistique.
Le délégué syndical CFDT explique que "la situation est au point mort. On veut une intervention plus forte du ministère du Travail après les 5 mises en demeure de la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi)". Pour le site de Montélimar, il est demandé par exemple à Amazon "de mettre à disposition du gel hydroalcoolique et des lingettes “sur tous les postes de travail”, d'installer des barrières de protection en plastique sur le quai d'expédition, “d'actualiser le plan de prévention des quatre entreprises extérieures".
 

Assignation en référé


Solidaires a parallèlement "transmis mercredi une demande d'assignation en référé au tribunal de Nanterre pour réclamer la fermeture des six sites d'Amazon France Logistique sous astreinte d'un million d'euros (1,180 M EUR) par jour", a indiqué à l'AFP Laurent Degousée, en charge d'Amazon à SUD-Solidaires. Selon lui, "les inspections du travail ont agi de manière coordonnée ce week-end sur les six sites du groupe et procédé à quatre mises en demeure à Brétigny-sur-Orge (Essonne), Saran (Loiret), Lauwin-Planque (Nord) et Montélimar (Drôme)".
 

Amazon estime aller "plus loin que les recommandations des autorités sanitaires et gouvernementales"



Interrogée par l'AFP, la direction d'Amazon souligne "être en lien avec l'administration afin d'apporter tous les éclaircissements nécessaires sur les mesures mises en oeuvre dans (ses) sites et pour renforcer (ses) dispositifs d'information et de contrôle".
Parmi ces mesures, elle cite "le renforcement des dispositifs d'information" et "des contrôles pour aider à changer les habitudes (renforcement de la signalétique sur les zones de distanciation clés et formation du personnel encadrant)".
"La mise en demeure nous aide à parfaire et renforcer des mesures d'ores et déjà mises en place sur nos sites", assure-t-elle.
Elle souligne aller même "plus loin que les recommandations des autorités sanitaires et gouvernementales" en distribuant "quotidiennement des masques", en assurant des "contrôles de température" et en faisant "appel à des volontaires afin d'aider chacun à rester vigilant et à vérifier que les distances de sécurité sont respectées".
  "Les forçats du coronavirus" de Complément d'Enquête sur France 2 du 2 avril, un reportage tourné en partie dans des sites Amazon:
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
amazon économie entreprises grève social coronavirus/covid-19 santé société