L'ancien président du département de la Drôme condamné par la Cour d'appel de Grenoble

Patrick Labaune était jugé en appel pour détournement de fonds publics. Il a été condamné à deux ans de prison avec sursis et à une interdiction de droits civiques pour cinq ans par la cour d'appel de Grenoble.

Patrick Labaune, ancien président du Conseil départemental de la Drôme, avait été appelé à comparaître le 11 septembre 2020 devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour "détournement de fonds publics". Il lui est reproché d'avoir dépensé l'argent de la collectivité.

Une affaire datant de 2015

L'affaire remonte à la période où Patrick Labaune accède à la présidence du Département de la Drôme. Comme chaque fois en pareil cas, la nouvelle majorité ( alors UMP) hérite d'un cabinet politique et de hauts fonctionnaires qui ne correspondent pas à sa sensibilité, et dont il souhaite se séparer. La justice lui reprochera d'avoir laissé le précédent directeur général des services continuer à percevoir plusieurs mois un traitement conséquent, à garder des avantages en nature et d'avoir financé sa reconversion professionnelle sans justifier de la moindre activité professionnelle. 

On sentait bien le one-man show du procureur

Patrick Labaune

Selon nos confrères de France Bleu, Patrick Labaune, condamné  à deux ans de prison avec sursis et à une interdiction de droits civiques pour cinq ans par la cour d'appel de Grenoble, juge la peine lourde: "J'ai bien senti qu'on n'était plus dans le droit. On était dans la délectation des juges. On sentait bien le one-man show du procureur qui disait "Labaune quatre fois député, président du département", on sentait bien que c'était un règlement de compte politique. Je ne suis pas le premier, je ne serai pas le dernier non plus."

Désavoué par sa majorité, l'ancien président du Département de la Drôme avait démissionné en 2018 après une polémique autour de propos qu'il avait tenus au sujet des habitants de la ville de Valence. Il est toujours conseiller départemental, et n'est pas obligé d'en démissionner, s'il venait à se pourvoir en cassation. Décision qu'il n'a pas encore prise.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique