Soupçon de financement du terrorisme: une opération de la DGSI au centre pénitentiaire de Valence (Drôme)

Opération antiterroriste au centre pénitentiaire de Valence (Drôme). Trois détenus en garde à vue après une opération de la DGSI ce mardi 15 octobre 2019 / © MAXPPP
Opération antiterroriste au centre pénitentiaire de Valence (Drôme). Trois détenus en garde à vue après une opération de la DGSI ce mardi 15 octobre 2019 / © MAXPPP

Ce mardi 15 octobre, une opération a été menée par la DGSI dans la Drôme. Trois détenus du centre pénitentiaire de Valence ont été placés en garde à vue. Quatre autres personnes auraient été interpellées dans cette enquête portant sur des soupçons de financement du terrorisme.

Par DM (avec AFP)

Une opération menée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a été menée ce mardi matin, 15 octobre, dans le quartier Maison centrale, celui des longues peines du centre pénitentiaire de Valence, dans la Drôme. L'opération a été menée dés 8h30 par une vingtaine d'agents. Trois détenus, connus pour des faits de radicalisation, ont été interpellés par la DGSI. Deux d'entre eux purgeaient une peine pour des faits de terrorisme. Le troisième se serait radicalisé durant son incarcération. L'alerte aurait été donnée par les services du renseignement pénitentiaire. 

Les trois détenus ont été placés en garde à vue. Lors de perquisitions dans les cellules, les policiers, qui sont restés plusieurs heures sur place, ont mis la main sur cinq téléphones portables et plusieurs clés USB, a indiqué Louis Nicole, délégué local du syndicat SNPFO. Des documents sensibles auraient également été saisis. C'est le Syndicat National Pénitentiaire Force Ouvrière qui dévoile l'information sur les réseaux sociaux. 

C'est la première fois qu'une telle opération est menée à Valence. 

Par ailleurs, quatre autres personnes auraient été interpellées lors de cette opération. Elles ont été placées en garde à vue mardi dans le cadre d'une enquête portant sur des soupçons de financement du terrorisme.

Toutes sont en garde à vue pour "financement du terrorisme" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle", indique le Dauphiné Libéré qui cite une source judiciaire.
Selon une source pénitentiaire, cette opération est menée dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet national anti-terroriste (Pnat).

En matière terroriste, les gardes à vue peuvent durer jusqu'à quatre jours. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus