Plus de 200 enfants handicapés privés de rentrée dans la Drôme selon l'Adapei, “fake news” répond Sophie Cluzel 

© France tv
© France tv

L'Adapei de la Drôme dénonce le manque de places en institut médico-éducatif pour les enfants handicapés du département. Selon l'association qui organise aujourd'hui une opération pyramide de cartable à Valence, plus de 200 enfants sont privés de rentrée. Une "fake news" selon la secrétaire d'Etat.

Par Dolores Mazzola

Ce samedi 31 août, à deux jours de la rentrée des classes, l’Adapei de la Drôme organise une opération "Pyramide de cartables" pour sensibiliser le public aux problèmes des familles d'enfants handicapés. L'association a invité les particuliers à déposer symboliquement un cartable au pied de la fontaine monumentale de Valence. 

Ce samedi, plusieurs dizaines de parents étaient présents  pour soutenir cette action. Le maire de Valence indiquait avoir répondu à l'appel de l'Adapei.
 

L'Adapei de la Drôme tire la sonnette d'alarme


L’Adapei de la Drôme, qui a tiré la sonnette d'alarme le 28 août dernier, entend dénoncer la situation de cette rentrée pour plus de 200 enfants handicapés du département. Dans un premier temps, c'est le chiffre de 257 enfants handicapés ne pouvant faire leur rentrée cette année faute de place en institut médico-éducatif (IME), qui circulait. Un chiffre revu à la baisse. L'Adapei estime finalement qu'ils sont 240 enfants handicapés dans cette situation dans la Drôme. Le département compte quatre IME. 

Parmi les enfants privés de rentrée: Duncan, un jeune autiste de 10 ans. Durant sa jeune vie, il n'a passé que trois mois à l'école. Désemparés, ses parents espéraient qu'il pourrait bénéficier d'une place en IME cette année. En vain. Ils ont témoigné ... 
 
Drôme: pas de rentrée pour Duncan faute de place en IME
Duncan ne fera pas sa rentrée en IME ... les parents témoignent - France 3 RA

 

257 enfants handicapés privés de rentrée dans la Drôme: Sophie Cluzel dément et accuse l'Adapei 26

Alerté par le cri d'alarme de l'Adapei de la Drôme et la vague d'émotion provoquée par cette information, la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel n'a pas tardé a réagir. Elle a annoncé le jeudi 29 août avoir "saisi les autorités compétentes pour évaluer la situation et prendre les mesures appropriées". 

Le lendemain soir, vendredi 30 août, Sophie Cluzel parlait de mensonge et d'instrumentalisation. La secrétaire d'Etat a parlé d'une "fake news complète" : "Stop aux fake news contre-productives !!!" s'est-elle indigné dans un tweet. Sur les réseaux sociaux mais aussi sur l'antenne de BFM TV, la secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées n'a pas mâché ses mots. Elle a dénoncé sans détours et avec fermeté le chiffre avancé par l'Adapei de la Drôme. 
Sophie Cluzel qui indique avoir demandé durant deux jours à ses services de vérifier cette liste de 257 enfants a indiqué qu'il s'agissait d'une "fake news" : "C'est faux. C'est une fake news complète... Pas un seul enfant n'a pas une solution." "Je voudrais dire qu'il faut arrêter d'instrumentaliser l'inquiétude des parents. C'est scandaleux," a condamné la secrétaire d'Etat. "Ces enfants sont à l'école pour la plupart, certains sont en IME, d'autres ont déménagé, d'autres ne sont absolument pas connus...". Sophie Cluzel a notamment pointé du doigt directement la responsabilité du président de l’association, Jean-Luc Chorier.


Des solutions temporaires et bientôt un groupe de travail


De son côté, la préfecture de la Drôme annonçait, vendredi soir dans un communiqué, qu’une réunion s’était tenue dans l’après-midi. Dans un communiqué, la préfecture indique qu'"un groupe de travail, comprenant l’ensemble des parties prenantes, présidé par le préfet, se tiendra prochainement, avec l’objectif de faire un point individualisé sur les situations en cours. " Toutefois, les autorités préfectorales précisent que "dans l'attente d'une prise en charge en établissements spécialisés, des solutions temporaires d'accompagnement en milieu scolaire ordinaire continuent d'être systématiquement proposées aux familles."

A l'échelle nationale, l'UNAPEI,  fédération française d’associations de représentation et de défense des intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles, a lancé la plateforme marentree.org et le hastag #jaipasecole 

Sur le même sujet

Cérémonie de passation du Drapeau de la Résistance à Oyonnax (Ain)

Les + Lus