Cet article date de plus de 3 ans

Valence : deux militaires francais du régiment de Spahis tués au Mali

Deux militaires du 1er régiment de Spahis de Valence ont trouvé la mort près de Gao (Mali)dans l'attaque de leur blindé par un engin explosif artisanal. Le chef de corps des Saphis a également été blessé. E. Macron a salué le courage de ces militaires engagés au Sahel.   
L'attaque a eu lieu ce matin dans la région d' Indelimane, tout près de Gao (Mali). Deux sous-officiers du 1er régiment de Spahis de Valence qui circulaient à bord d'un engin blindé ont été tués par une mine artisanale au passage de leur véhicule. Le lieutenant Colonel Heon, le chef de corps des Spahis qui se trouvait à l'interieur, a également été blessé.

La mort de ces deux militaires intervient une semaine après un raid de la force Barkhane et des forces spéciales mené contre les djihadistes du groupe Ansar Dine. Plusieurs cadres de cette organisation terroriste avaient été neutralisés à cette occasion.Il y a un mois, l'Etat islamique avait revendiqué une autre attaque contre un convoi de la force Barkhane dans le même périmètre. 

L'Elysée a aussitôt rendu hommage aux militaires français. « C’est avec une très vive émotion que le président de la République a appris la mort en opération de deux militaires du premier régiment de spahis de Valence, tués ce matin au Mali dans l’attaque à l’engin explosif improvisé de leur véhicule blindé », a ainsi indiqué l’Élysée, via un communiqué. « Le Président de la République tient à saluer le courage des militaires français engagés au Sahel. Il salue leur détermination à poursuivre leur mission qui permet de porter des coups sévères à l’ennemi et tient à leur exprimer son entière confiance».

La ministre des armées Florence Parly a annoncé la nouvelle à l'Assemblée Nationale, annonce suivie d'un hommage par les députés présents qui ont applaudi debout le sacrifice des militaires français.  


    
Le maire de Valence salue dans un communiqué la mémoire de Thimothée Demoncourt et d'Emilien Mougin. "La mort de ces deux héros, ce ne sont pas seulement des militaires engagés loin de leurs foyers qui ont péri, ce sont aussi des voisins, des frères, des pères attachés à notre territoire".

Nicolas Daragon a demandé à ce que les drapeaux de la ville soient mis en berne. Il appelle à un rassemblement sur le parvis de l'hôtel de ville samedi à 10h en hommage aux disparus.

Le préfet de la Drôme exprime à son tour "sa très grande émotion "et salue "le courage et l'engagement sans faille des troupes francaises dans le cadre de l'opération Barkhane" 

    
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité international défense