• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Valence, les lycéens mobilisés tous les mercredis pour le climat

Le mouvement a été initié par la jeune Suédoise Greta Thunberg, ici à Davos (Suisse) / © Fabrice COFFRINI / AFP
Le mouvement a été initié par la jeune Suédoise Greta Thunberg, ici à Davos (Suisse) / © Fabrice COFFRINI / AFP

Derrière la banderole "Pour le climat, on fait quoi ?", des élèves du lycée Camille-Vernet de Valence (Drôme) se mobilisent depuis un mois, chaque mercredi à 10 h, sur le modèle créé par la jeune Suédoise Greta Thunberg. Et ils comptent bien participer à la grève mondiale du 15 mars.

Par D.P. Avec AFP

Cela fait un mois que ça dure. Et ils sont toujours au rendez-vous. "Greta Thunberg est pour moi le symbole de la jeunesse qui en a marre des actions des générations précédentes et qui se mobilise pour montrer l'inaction des dirigeants locaux, nationaux et internationaux", a expliqué Elsa Ayache, élève de terminale à la cité scolaire Camille-Vernet.
Greta, 16 ans, est devenue une icône de la lutte contre le changement climatique auprès des jeunes. Après avoir commencé à manifester seule, chaque vendredi, devant le Parlement suédois, pour alerter sur l'urgence climatique, elle a écumé les sommets mondiaux, de la COP24 à Davos.  

Les élèves sont branchés écologie et revendications des gilets jaunes

Chaque mercredi, des lycéens de Camille-Vernet sortent donc devant l'établissement à l'heure de la récréation, en portant des brassards verts et en distribuant des tracts, avec quelques conseils : "prendre plus le vélo", "manger moins de viande", "acheter des vêtements de seconde main", a précisé Elsa Ayache.
Des actions qui ne perturbent pas les cours et sont organisées avec l'aide d'un professeur d'histoire-géographie, qui anime un club de débats, où est née cette volonté de se mobiliser.
"Ils sont branchés écologie et "gilets jaunes", observe Frédéric Darnaud, enseignant, qui souligne que ses élèves ont aussi été choqués par les débordements de certaines manifestations et souhaitent vraiment que leur mobilisation se déroule dans un cadre serein.

De plus en plus nombreux

Leur 4e mercredi de mobilisation correspond au 13 février. Et semaine après semaine, ils sont de plus en plus nombreux : au moins 50 mercredi dernier. Et si un Bac blanc pourrait essouffler la mobilisation cette semaine, ils comptent bien participer à l'appel à la jeunesse pour une grève mondiale le 15 mars, comme d'autres, dans des universités parisiennes notamment.
Toutefois, la mobilisation lycéenne et étudiante reste encore timide en France, comparée à la Suède, l'Allemagne, la Belgique ou à l'Australie par exemple.
 

Sur le même sujet

Drôme : la détresse des arboriculteurs et viticulteurs 

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer