A Valence, le maire Nicolas Daragon réélu à huis clos dans un amphithéâtre

Nicolas Daragon, maire LR de Valence (Drôme), a été réélu ce samedi matin pour un second mandat consécutif lors de l'installation du conseil municipal tenue à huis clos dans un amphithéâtre du campus universitaire.

Par Yannick Kusy (d'après AFP)

"Je tiens à remercier tous ceux qui, dans des circonstances inédites, se sont déplacés aux urnes et ont exprimé leur choix démocratique, quel qu'il soit", a souligné l'élu, ému, lors d'une allocution d'une quarantaine de minutes dans cette vaste enceinte choisie pour permettre aux élus de siéger à bonne distance les uns des autres. 

A son arrivée au campus Drôme-Ardèche de l'université Grenoble-Alpes, M. Daragon avait évoqué "des conditions un peu étranges" et "une espèce de réalité virtuelle".

Une minute de silence a été respectée par les 49 nouveaux conseillers municipaux de la ville, certains porteurs d'un masque, en hommage aux victimes du Covid-19. Tous ont ensuite été invités par Michel Quenin, doyen de l'assemblée et candidat FI-EELV battu, à adresser une salve d'applaudissements aux "premiers de cordée qui font tourner la France" depuis l'apparition de la pandémie.

Devant le conseil, Nicolas Daragon a pointé une "détérioration" des finances de la ville de "plus de 2 millions d'euros" pour l'exercice 2020 en raison de la crise. Il attend de l'État un "signal fort" de "reconnaissance" du "rôle prééminent" joué par les collectivités.

Le maire va consulter les habitants
L'élu a annoncé qu'il soumettrait aux habitants, à l'occasion d'une "consultation" qui se tiendra à la rentrée "de manière très directe et très transparente", les "choix" auxquels la commune sera confrontée au regard de cette "nouvelle donne" sanitaire. "Ce n'est pas parce que la période est trouble que nous n'avons pas les idées claires", a-t-il conclu, appelant "notre relation au monde" à être "questionnée, refondée et repensée".

En préambule, Michel Quenin a souligné que le taux d'abstention à Valence fait "perdre tout son sens" à cette élection, la représentativité des groupes ne reflétant pas d'après lui la "réalité des forces politiques valentinoises".
"Quand la crise sera passée, et pour donner tout son sens au mot démocratie, je vous propose que tout le conseil municipal démissionne et de retourner loyalement devant nos concitoyens pour qu'ils puissent sans peur reprendre le chemin des urnes", a-t-il affirmé.

La liste de M. Daragon, 48 ans, était arrivée en tête le 15 mars avec 59,45% des suffrages exprimés lors du premier tour, avec un taux d'abstention qui avait atteint 64,09% dans la ville.
 

Sur le même sujet

Les + Lus