VIDÉO. Les images impressionnantes du dynamitage d'un pont dans la Drôme avec 35 kg d'explosifs

Le pont de la Vière à Glandage dans la Drôme a été détruit par minage avec 35 kg d'explosifs, jeudi 11 avril dernier. Avec cette opération de déconstruction, le chantier entre dans sa dernière phase de reconstruction de l'ouvrage. L'opération est assez inédite et les images surprenantes.

Le processus de reconstruction du pont sur la Vière à Glandage dans la Drôme, après le minage du jeudi 11 avril, est entré dans sa phase finale. Environ 35 kilos d'explosifs ont été utilisés pour la démolition de l'ouvrage, suivi par la sécurisation des falaises et la consolidation des futurs appuis du pont. La reconstruction est prévue jusqu'à fin novembre 2024.

durée de la vidéo : 00h00mn39s
Le pont de la Vière, à Glandage dans la Drôme a été dynamité le 11 avril 2024 avec 35 kg d'explosifs. ©Francis Rey

Un pont en mouvement

Ce pont de la Vière, construit au début du 20ᵉ siècle, permettait d’accéder plus facilement au village de Glandage et au col de Grimone, par la route départementale RD 539, en enjambant les gorges des Gâts. Les mouvements géologiques des deux falaises sur lesquelles il était accroché sont devenus inquiétants au fil du temps. En 2016, un suivi des mouvements a été mis en place. L'accès à certains véhicules a été limité à 19 tonnes en 2021 et des travaux de consolidation ont débuté en 2022. La dernière phase concernant les travaux de ce pont a commencé en mars de cette année et se terminera en novembre 2024.

Des moyens techniques inédits

Environ 35 kilos d'explosifs ont été utilisés pour la démolition de l'ouvrage, suivi par la sécurisation des falaises et la consolidation des futurs appuis du pont. La reconstruction, prévue jusqu'à fin novembre 2024, vise à assurer la sécurité des usagers de la route et à améliorer l'ouvrage en élargissant sa largeur et en améliorant son tracé. La décision d'utiliser le minage pour la déconstruction, en accord avec les services de l'État, a permis de réduire les délais et de garantir la sécurité. Les matériaux polluants ont été retirés avant l'explosion pour préserver l'environnement.

"Seules les pierres et les parties maçonnées sont tombées d’environ 27 mètres de haut dans le ruisseau. Des débris qui seront répartis pour que le cours d’eau retrouve son lit naturel", précisent les services du département de la Drôme.

Une déviation est mise en place

Les travaux, d'un montant de 4,2 M€ financés par le Département, nécessitent des purges, des opérations de confortement de falaise et la mise en place de nouvelles fondations avant l'installation des nouveaux éléments du pont. Une déviation a été mise en place pour les véhicules en transit, et des efforts ont été déployés pour informer les habitants et les touristes des perturbations liées aux travaux.