Élections européennes 2019. Laurent Wauquiez : "Dans ce vote, il y a de la colère, du désarroi et de l'attente"

Au soir des élections européennes, dimanche 26 mai, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et président des Républicains s'est exprimé. Il pointe la responsabilité du Président de la République, Emmanuel Macron, après la percée du Rassemblement National.
 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dimanche 26 mai, au soir des élections européennes, Laurent Wauquiez s'est exprimé. Alors que, d'après les estimations, la liste menée par François-Xavier Bellamy recueillerait 8,4% des voix sur le plan national, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et président des Républicains déclare : "Je veux remercier tous ceux qui nous ont fait confiance pour cette élection et qui ont défendu jusqu’au bout leurs convictions sur l’Europe. Dans ce vote, il y a de la colère, du désarroi et de l’attente. Nous avons trois ans pour faire naître de l’espoir". D'après les estimations à 20h, son parti arriverait en 4e position des votes.

Macron "artisan de la progression" du Rassemblement National

Laurent Wauquiez ajoute : "Emmanuel Macron a fait un choix lourd de conséquences en réduisant le débat européen à une croisade contre Marine Le Pen pleine d'arrière-pensées. Ce qui n'a abouti qu'à une seule chose : faire progresser les extrêmes. Il a une lourde responsabilité, il n'a pas été un rempart contre le Rassemblement National. Il a été ce soir l'artisan de leur progression. Dans cette campagne où tout a été fait pour la réduire à un duel Rassemblement National contre En Marche, nous n'avons pas pu faire entendre notre voix. Ce résultat n'est pas à la hauteur des espoirs soulevés par cette campagne".

A 21 heures, voici les estimations d'Ipsos/Sopra Steria : 

  • Jordan Bardella (RN) : 23,3%
  • Nathalie Loiseau (LREM/MoDem) : 22,1%
  • Yannick Jadot (EELV) : 13,1%
  • François-Xavier Bellamy (LR) : 8,4%
  • Raphaël Glucksmann (PS/Place Publique) : 6,7%
  • Manon Aubry (FI) : 6,7%
  • Nicolas Dupont-Aignan (DLF) : 3,4%
  • Benoit Hamon (Génération.s) : 3,3%
  • Jean-Christophe Lagarde (UDI) : 2,6%
  • Ian Brossat (PCF) : 2,3%
  • Hélène Touy (Parti animaliste) : 2,2%
  • Dominique Bourg (GE/MEI) : 1,8%
  • François Asselineau (UPR) : 1,2%
  • Nathalie Arthaud (LO) : 0,8%
  • Florian Philippot (Patriotes) : 0,7%
  • Francis Lalanne (Alliance Jaune) : 0,6%
  • Autres listes : 1%