Chroniques d'en haut

Le dimanche à 12h50
Logo de l'émission Chroniques d'en haut

Sancy : Isabelle Chazal, une femme à la tête des secours en montagne

Laurent Guillaume et Isabelle CHAZAL, capitaine du Peloton de Gendarmerie du Mont Dore / © Chroniques d'en haut / FranceTV
Laurent Guillaume et Isabelle CHAZAL, capitaine du Peloton de Gendarmerie du Mont Dore / © Chroniques d'en haut / FranceTV

Isabelle Chazal commande le Peloton de Gendarmerie de Montagne du Mont Dore, dans le massif du Sancy (Puy-de-Dôme). Seulement trois femmes ont accédé à ce poste en France.
 

Par Laurent Guillaume

Isabelle Chazal, jeune Capitaine du Peloton de Gendarmerie du Mont Dore, commande une équipe de huit personnes dédiée au secours en montagne. Elle est moitié auvergnate, moitié gardoise.
Elle fait partie des rares femmes à diriger un Peloton de Gendarmerie de Montagne. Sa mission : tout mettre en œuvre pour ramener sains et saufs les randonneurs ou les skieurs en difficulté dans le massif. Abandonner ne fait pas partie de son vocabulaire, Isabelle est gendarme, elle a le sens du devoir, comme tous ses compagnons.
Et qu’on ne vienne pas lui dire qu’il s’agit de la montagne à vache. Certes, il n’y a pas de glaciers dans le Sancy, pas de Haute montagne non plus – d’où l’absence du « H » dans Peloton de Gendarmerie de Montagne. Pourtant, Isabelle et ses gendarmes ont reçu la même formation que ceux qui officient dans les fameux PGHM de Chamonix, Briançon, ou Grenoble.
Elle qui connait bien le massif en connait aussi les pièges, car en raison de son aspect débonnaire : le Sancy n’effraie pas…  Mais sait se montrer retors, lorsque le vent tourne, lorsque la tempête se lève, que le brouillard noie les traces, ou que la température chute brutalement.
Alors, avec son équipe, elle part secourir randonneurs ou skieurs en perdition là où personne n’imaginait le danger. Avec plus de 160 interventions annuelles, le Peloton de Gendarmerie de Montagne veille sur le massif du Sancy, mais aussi sur les massifs environnants, jusqu’au Forez.
Du caractère, il en faut à cette femme d’une trentaine d’année pour commander à des hommes qui l’appellent tous « Isa » mais pas « Capitaine » sauf lors des rares moments de représentation.
Une équipe de secours en montagne, c’est avant tout une fratrie, des hommes et des femmes reliés par la connaissance du terrain, le sens du devoir, la responsabilité de leur sécurité mais aussi de ceux qu’ils viennent aider. Et lorsqu’on est encordés, les pieds dans la neige, face à la tempête déchainée, on est tous dans la même galère, Capitaine ou pas.
Isabelle a acquis ses galons par ses études, mais comme elle le dit elle-même : c’est sur le terrain qu’elle a fait ses preuves. Sa légitimité, elle la tient plus de ses compétences, de son engagement auprès de ses hommes, que par le nombre de barrettes sur sa veste.
Lors de ce tournage au Sancy, j’ai passé un moment merveilleux avec cette femme de caractère qui transmet si bien l’énergie du volcan sur lequel elle vit.

 

Revoir l'émission dans son intégralité : Chroniques d'en haut : les amoureux du Sancy