La France en vrai

Tous les lundis
Logo de l'émission La France en vrai

REPLAY | Documentaire : De Gérard à Monsieur Collomb, itinéraire d'un baron

Gérard Collomb, maire de Lyon / © 13 productions
Gérard Collomb, maire de Lyon / © 13 productions

Gérard Collomb offre en 2001 une belle victoire à la gauche à Lyon, ville réputée de droite et du centre. Sur le papier, c'était pas gagné ! Gérard Collomb a eu du mal à s'imposer. Il n'a rien lâché et a tout fait pour atteindre son ambition : devenir maire de Lyon et le rester.

Par Kathleen Garon

Revoir l'émission

On ne peut comprendre Gérard Collomb sans s’installer à la table d’un bouchon et convoquer les souvenirs de la patronne sur la vie politique locale. C’est là, entre les nappes rouges et blanches à carreaux et les pots de Beaujolais que s’est réellement façonné le personnage Collomb et que ses différentes facettes retrouvent leur unité. Car malgré les apparences, Gérard Collomb n’est ni une girouette, ni un caméléon.

L’agrégé de lettres classiques amateur de karaoké, l’intellectuel de gauche qui ne jure que par l’entreprise, l’homme accessible chaleureux avec tout le monde et tyrannique avec ses collaborateurs, le fils d’ouvrier resté intègre . C’est ici qu’a pris son sens l’expression «à la lyonnaise», c’est-à-dire dans une forme de modération, qui confine souvent à l’entre-soi.
Gérard Collomb l’utilise à toutes les sauces, avec lui on célèbre «l’humanisme à la lyonnaise», la «laïcité à la lyonnaise» et l’ont fait naturellement de la "politique à la lyonnaise". Il en est de même pour les affaires, mais le code des marchés publics empêche de le dire ouvertement.
Selon les interlocuteurs, la formule n’est naturellement pas entendue de la même manière, et Gérard Collomb se garde bien de les contredire.
 

Interview de Raphaël Ruffier, auteur, par Paul Satis

Paul Satis : Gérard Collomb est un personnage central de la vie politique depuis une quarantaine d'années mais peu de portraits de lui ont été diffusés.
Raphaël Ruffier : C’est vrai mais peut-être que c’est compliqué de faire un travail critique de Gérard Collomb, parce que dans une ville où il a pris beaucoup de pouvoir, où il arrive à maîtriser beaucoup de choses, parler de lui ouvertement fait peur. On a eu beaucoup de refus. Beaucoup de gens qui disent «On va voir avec le cabinet du maire d’abord» puis qui ont annulé au dernier moment.
Le maire a beaucoup dit aussi que ce serait forcément un travail à charge.

PS : et c’est ça que vous appelez être un baron ?
RR : ça fait partie des caractéristiques. Il y a effectivement une main mise sur la ville qui s’est installée. Il est candidat pour la 8e fois, maire depuis 18 ans. Le côté baron, c’est aussi un attachement à cette ville. Il a fait toute sa carrière ici et certains nous le disent : il ne sait pas ce qu’il pourrait faire si demain, il n’était plus à la tête de cette ville.

PS : Gérard Collomb n’a pas voulu répondre à vos questions.
RR : Quand il a eu l’investiture LREM, il nous a dit oui et puis quand Georges Képénékian s’est déclaré et que Davis Kimelfeld a fait un premier meeting, il a annulé l’entretien.

PS : Vous parlez des défections autour de Gérard Collomb, vous le décrivez comme un homme très seul aujourd’hui.
RR : On a l’impression à Lyon que tout le monde le connait et qu’il connait tout le monde. Il a un contact avec les gens, une humanité qui apparait extrêmement sincère. Ce qui est impressionnant c’est que tous les collaborateurs qu’il a pu avoir au fil des ans lui tournent le dos. Parfois de manière virulente.
Quand vous allez au meeting de David Kimelfeld, vous retrouvez tous les anciens collaborateurs de Gérard Collomb qui ont la dent particulièrement dure. Pourquoi ? Parce que peut-être il ne laisse pas forcément la place, parce que tout ceux qu’il a pu aider à un moment donné, quand ils ont commencé à trop grandir comme Najat Valaud-Belkacem par exemple, quand ils ont pris un peu d’importance, il les a fait sortir du jeu.


Réalisation Sylvie Perrin - 13 Productions & France 3 Auvergne-Rhône-Alpes
Auteur : Raphaël Ruffier
dans le cadre de la collection "Elu public n°1

 

A lire aussi