En Auvergne-Rhône-Alpes, près de 300 postes de policiers supplémentaires vont être créés en 2021

Près de 300 postes de policiers vont être créés en 2021 dans les circonscriptions d'Auvergne-Rhône-Alpes, dont une centaine dans la métropole de Lyon. Une mesure annoncée par Emmanuel Macron lundi pour tenir ses engagements en matière de sécurité.

Emmanuel Macron a promis "plus de bleu sur le terrain en 2022 qu'en 2017" dans les colonnes du Figaro dimanche. Une nouvelle offensive sur la sécurité avec un objectif de 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires sur la durée du quinquennat, l'une de ses promesses de campagne.

En déplacement à Montpellier lundi 19 avril pour défendre sa stratégie sécuritaire, le chef de l'Etat a promis de tenir son objectif en faisant de la lutte contre les trafics de drogue "la mère des batailles""Nous aurons en complément, dès cette année, 2 000 policiers et gendarmes de plus" dont "l'essentiel" ira "directement sur la voie publique", a-t-il assuré.

Une partie de ces effectifs vont être dirigés vers les circonscriptions d'Auvergne-Rhône-Alpes, principalement dans le Rhône. La circonscription de sécurité publique de Lyon, composée de 18 communes, verra arriver 135 policiers nationaux supplémentaires d'ici la fin de l'année, annonce la préfecture. Pour la circonscription de Givors, les créations de postes seront au nombre de 9. Et dans l'Ain, la circonscription d'Oyonnax devrait voir arriver six policiers afin de maintenir la Brigade anti-criminalité (BAC).

"Parallèlement, le travail continue avec les maires et le procureur de la République pour coordonner les actions décidées ensemble et ainsi, valoriser le rôle de chacun", fait savoir le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes Pascal Mailhos dans un communiqué.

 

"Renforcer les actions de terrain"

"Ce gain d'effectif est une bonne nouvelle mais ne peut suffire à répondre aux défis qui tenaillent notre ville comme notre société", a réagi Eric Piolle, maire EELV de Grenoble qui va recevoir 47 renforts de policiers nationaux. L'élu propose notamment "un plan d'investissement majeur pour sortir les Français-es de la pauvreté" mais aussi "un plan d'urgence pour notre appareil de santé" car, selon lui, "la proximité, la confiance, la solidarité, sont des outils essentiels pour permettre à notre société de sortir de cette crise sans violences".

La circonscription de sécurité publique de Vienne (Isère) sera pour sa part dotée de 10 effectifs policiers supplémentaires, tout comme celle de Chambéry (Savoie). Des renforts qui vont permettre de "renforcer les actions de terrain de la police nationale", estime le maire DVG de la métropole savoyarde, Thierry Repentin, espérant qu'ils permettent la réouverture d'un bureau de police sur les Hauts-de-Chambéry.

En Haute-Savoie, 35 policiers supplémentaires seront affectés à la circonscription d'Annecy, 7 à celle du Léman, s'ajoutant aux 15 déjà annoncés à Annemasse. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'y était rendu en février dans le cadre du Beauvau de la sécurité, annonçant notamment le classement du quartier du Perrier en "quartier de reconquête républicaine".

Du côté de l'Auvergne, les circonscriptions de Montluçon (Allier) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) verront arriver respectivement 8 et 6 policiers supplémentaires.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité emmanuel macron politique