Ils seront 360 athlètes français à tenter de décrocher le sacre olympique à Rio, du 5 au 21 août. Parmi eux, des sportifs des Alpes poursuivent le même rêve.

Le "petit" nouveau

"Si je gagne les Jeux, ça va être quelque chose d’énorme", confie Paul Omba Biongolo. À 20 ans, le poids lourd est l’un des boxeurs tricolores les plus prometteurs. La ressemblance avec Mohamed Ali n’aura échappé à personne. Et elle n’est pas que physique. Il vole lui aussi comme un papillon et pique comme une guêpe, Paul.

Un vrai cogneur à l’agilité déconcertante. Derrière sa tête d’ange, se cache une détermination démoniaque. "Un poids lourd qui bouge comme il le fait, avec cette vitesse de bras, qui sait à la fois bouger et frapper, c’est rare", confie Audrey Kilardjian, son préparateur physique. "Paul sait tout faire", poursuit-il.

© France 3 Alpes
© France 3 Alpes

Un boxeur inarrêtable, comme un train lancé à pleine vitesse, fonçant vers Rio, sans rien voir au dehors. "Je suis déterminé. Quand je monte sur le ring, c’est pour gagner. Autrement, je ne monterai pas", affirme le boxeur isérois. "Il ne faut surtout pas que je me fasse embarquer par l’événement. Je dois rester concentré et je vais aller chercher cette médaille".

Reportage de Maxence Regnault et Jordan Guéant
Les JO de Paul Omba-Biongolo
Intervenants: Kamel Hasni, entraîneur de Paul Omba-Biongolo; Paul Omba-Biongolo

L’alliance

Derrière, Marie Le Nepvou l’expérimentée. Devant, la jeune Noémie Kober. Elles rament sur leur aviron, ensemble, pour un rêve commun, les Jeux olympiques. Mais avant les paillettes de Rio, il a bien fallu passer par autre chose pour les deux jeunes femmes. Par la torture de la salle de sport! Leur quotidien, c'était alors pousser puis soulever... encore et encore.

Marie Le Nepvou et Noémie Kober en 2015 à Aiguebelette / © Jaff Pachoud / AFP
Marie Le Nepvou et Noémie Kober en 2015 à Aiguebelette / © Jaff Pachoud / AFP

Voilà un an qu’elle ne travaille que pour les JO. "Quand ça commence à être dur, quand ça commence à faire mal et à piquer, on pense tout de suite à cet été", explique Noémie, jeune iséroise de 22 ans.

Après un échec aux derniers JO, elle s’est rapprochée de Marie Le Nepvou, de huit ans son aînée. "J’apporte mon expérience, ma sérénité, à son dynamisme", confie cette dernière. C’est sur le lac d’Aiguebelette, en Savoie, qu’elles sont allées chercher leur qualification. Une véritable performance après simplement une petite année de collaboration. Et ce n’est peut-être que le début.

Reportage
Les JO de Marie Le Nepvou et Noémie Kober
Intervenantes: Noémie Kober et Marie Le Nepvou

 

L’expérience

Ils sont peu ceux que l’histoire retient. Ceux qui sont arrivés au bout du rêve et qui ont eu une médaille d’or autour du cou. L’équipe de France de handball, "Les experts", auréolée en 2008 et 2012, fait partie de ceux-là. 

Les JO, c’est aussi la démesure. Pour ne pas se laisser aller à l’euphorie, les handballeurs s’étaient, lors de ces deux précédents événements, enfermés dans leur bulle. "C’est psychologiquement très intense. Il y a 6 à 7 semaines de préparation, tant physique que mentale où tout le monde est focalisé sur l’objectif", se souvient Bertrand Gille, ancien joueur du Chambéry SH et double champion olympique.

Reportage 
Les JO de Bertrand Gille
Intervenants: Cédric Paty, champion olympique 2008; Bertrand Gille, double champion olympique

Le début d’une nouvelle vie pour Bertrand et ses partenaires. "Les JO ouvrent une énorme fenêtre médiatique et ont cette particularité d’être universels. C’est la grosse différence avec les championnats du monde", estime-t-il. Eux, sont entrés dans l’histoire. 360 autres athlètes français entendent bien cette année, les rejoindre.

© Javier Soriano / AFP
© Javier Soriano / AFP

 

La revanche

"Les Jeux olympiques, c’est l’objectif absolu. L’évènement où on a envie de réussir", pour Christophe Lemaitre, l’athlète savoyard. Voilà d’ailleurs des mois qu’il n’a plus que ça en tête. 

L’enfant chéri du sprint français entend bien, à l’orée de sa deuxième croisade olympique, prendre sa revanche. "Ma première grosse défaite a eu lieu lors des Jeux olympiques de Londres", confie-t-il. "Je suis vite redescendu sur Terre".

Reportage
Les JO de Christophe Lemaitre
Intervenants: Christophe Lemaitre; Thierry Tribondeau et Pierre Carraz, entraîneurs de Christophe

"Il y avait beaucoup d’attente, c’était une pression différente et ça a certainement joué un peu sur la performance", selon son entraîneur. Et le TGV savoyard aura bien du mal à se remettre de cette désillusion. Il enchaîne les blessures depuis 4 ans.

Mais Christophe a aussi accumulé de l’expérience. Il sait désormais que l’essentiel est surtout d’être en forme pour les JO.