Cet article date de plus de 5 ans

Faute de subventions, les comédiens professionnels de l'Allier craignent de disparaître

Le Conseil Départemental de l'Allier vient de voter la fin des subventions de fonctionnement en 2016 pour les troupes de théâtre professionnelles. Les élus parlent d'économies nécessaires, les comédiens sont inquiets pour leur avenir.  
© Maurice Tiouka
Les troupes professionnelles de théâtre de l'Allier n'apprécient guère le cadeau de Noël que vient de leur faire le Conseil Départemental: en 2016, ils ne bénéficieront plus de subventions de fonctionnement. Elles sont une quarantaine dans le département à avoir le statut professionnel. Toutes ne sont pas aidées à la même hauteur mais toutes dénoncent ces coupes budgétaires qui remettent en cause leur existence même.

Le Footsbarn Théâtre, l'une des troupes emblématiques de l'Allier craint de voir ses activités risquent se réduire. " Avec l'arrêt de ces subventions, c'est un quart de notre budget qui saute, explique Dominique Belaya-Dumas, Administratrice du Footsbarn, nous allons donc revoir à la baisse nos activités, comme le Festival de Hérisson". "C'est un mauvais calcul de la part du département, poursuit Michel Cegarra, Responsable du  Domaine M, la culture développe de l'économie, développe des commerces en zone rurale, crée du lien social et des déplacements". 

" Economies obligent" disent les élus pour justifier leur décision. "Il fallait faire des choix car la situation économique du département est très difficile avec 17 millions d'économies à faire". "Seules les aides au fonctionnement disparaissent, précise Pierre-Sébastien Lanoy, Vice-Président  du Conseil Départemental de l'Allier, et il y aura de nouveaux dispositifs créés : une aide aux festivals de 320 000€ et une aide à l'évènementiel de 150 000€ en 2016. Les compagnies pourront bénéficier de ces aides".

Les comédiens ont lancé la création d'un collectif de soutien et espèrent faire revenir le conseil départemental sur sa décision.

durée de la vidéo: 02 min 19
Troupes théatre professionnelles de l'Allier inquiètes pour leur avenir

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique culture