• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

[ FCG ] Le Stade français met une grosse claque à Grenoble

© AFP
© AFP

Le Stade Français a brisé la bonne série du FCG en s'imposant à domicile 35 à 6 ! Le calvaire des Grenoblois a eu lieu ce vendredi 25 janvier lors de la 16e journée de Top 14.

Par France 3 Alpes avec AFP

Si avec cette victoire incontestée le club parisien monte à la 9e place du classement, Grenoble, qui restait sur six succès toutes compétitions confondues, est rétrogradé en 6e position !

Le FCG, si redoutable à Grenoble, a vraiment eu du mal à Charlety. Pourtant, deux pénalités du demi de mêlée Jonathan Pélissié leur avaient d'abord donné l'avantage. Le Stade Français avait la main sur le ballon mais peinait à passer le premier rideau défensif adverse. Les parisiens revenaient à hauteur autour de la demi-heure de jeu, avec la botte de Dupuy, puis ajoutaient un essai, à cinq minutes de la sirène, par le centre Geoffrey Doumayrou, qui exploitait un joli renversement d'attaque et une percée d'Hugo Bonneval.

L'éclipse grenobloise


Menés 6 à 11 à la pause, les Grenoblois n'avaient pas encore tout vu, l'emprise parisienne allait encore plus s'affirmer en seconde période. Jérémy Sinzelle, parfaitement servi par un coup de pied de Paul Warwick sur son aile gauche, récompensait une belle séquence offensive parisienne en aplatissant (45e). Dupuy transformait, puis empilait une pénalité dans la foulée (21-6, 49e). Le centre Morgan Turinui interceptait ensuite un mouvement grenoblois pour le troisième essai, synonyme de bonus, avant que l'ailier Paul Wiliams ne close la marque, en aplatissant après un gros travail de ses avants.

Mais ils sont où les Grenoblois ?


Les parisiens peuvent se satisfaire de leurs belles dispositions offensives, concrétisées par 4 essais. Quant aux Grenoblois, ont-ils mal vécu les conditions difficiles, -1°C au début de la rencontre, une pelouse abîmée ? Vivement qu'ils rentrent à Lesdiguières. Là, la pelouse est froide mais les supporters sont chauds et donnent de la puissance à leurs joueurs.

Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus