Football : Grégory Coupet, gardien éternel du temple OL

Décines-Charpieu 06/01/2020 - Entrainement OL -Au Groupama Training Center entrainement de l'OL ici Gregory Coupet / © Stéphane Guiochon, MaxPPP
Décines-Charpieu 06/01/2020 - Entrainement OL -Au Groupama Training Center entrainement de l'OL ici Gregory Coupet / © Stéphane Guiochon, MaxPPP

Alors qu'il quitte l'OL pour Dijon, Grégory Coupet, devenu entraineur de la jeune génération de gardiens de buts, verra son nom rester indissociablement lié au club de football rhodanien. Il était LE portier de l'Olympique lyonnais pendant la saga victorieuse des années 2000. 

Par Christian Conxicoeur

Une annonce comme un coup de tonnerre dans le ciel lyonnais : Grégory Coupet, a révélé mercredi 20 mai qu'il quittait l'OL, club de ses heures glorieuses, pour Dijon. Devenu entraîneur des gardiens de Lyon à la suite de Jöel Bats, l'ancien portier phare laisse une marque indélébile dans le club, comme très peu de joueurs l'ont fait.

Un départ qui s'effectue manifestement à regret, comme le tweet ci-dessous le dit clairement. Une tristesse partagée par de nombreux fans, comme on peut le lire sur les réseaux sociaux, et dont -pour tout dire- l'auteur de ces lignes n'est pas loin de faire partie.
 


Plus qu'un joueur, Grégory Coupet c'était une "gueule", un caractère, autoritaire avec ses défenseur et explosif sur sa ligne, qui a écrit l'histoire du football français au cours des années 2000, totalisant plus de 700 matches, dont 34 avec les Bleus.
 

Un bourreau de travail


Sept fois champion de France de 2002 à 2008, doté d'un mental hors norme, le joueur s'y est construit un palmarès à force de travail, sous la houlette de son entraineur Joël Bats, l'ancienne idole du gamin du Puy.

Talentueux et toujours hyper-motivé, il n'hésitait pas, par exemple, à renforcer de son propre chef ses programmes d'entrainement avec des exercices de musculations. Pendant ses convalescences, jusqu'au bout, il a toujours mis un point d'honneur à tout donner pour revenir au meilleur niveau.
 

Adulé à Lyon, boudé chez les Bleus


Régulier dans ses performances, écouté dans le vestiaire -mais jamais capitaine, ce qu'il refusera toujours-, il rate le coche de la Coupe du Monde 2006, quand Raymond Domenech lui préfère Fabien Barthez comme gardien numéro un, au terme d'une année indécise et houleuse pour la France du football...

Cette année-là, il y avait les pro Barthez, champion du monde 1998 et les pro Coupet, quintuple champion de France. Et les pro Coupet en ont pleuré.

Devenu consultant média après une fin de carrière au PSG, il retrouvera le chemin des filets pour entraîner les jeunes. D'abord à Lyon, sur les traces de son ancienne idole Joël Bats, puis désormais à Dijon. Bonne route à lui... mais peut-être n'est-ce qu'un "au revoir".


Retour sur sa carrière en quelques dates 


1972 : Grégory Coupet, c'est un peu produit régional. Il est né le 31 décembre en Haute-Loire, au Puy-en-Velay (comme un certain .... SG, milieu international inoubliable des mêmes années OL, allez ... vous avez 10 secondes). Sa première licence, c'est au Club olympique du Puy qu'il la prend à 5 ans, même s'il vit à 15 kilomètres de là.

1990 : Fan de Joël Bats, qui sera ensuite son entraineur à Lyon, repéré une première fois lors d'un stage à Saint-Etienne avec Jean Castaneda, il intègre le centre de formation de l'ASSE à 17 ans.

1994 : le 26 mars, c'est sa première titularisation comme pro à Saint-Etienne. Un ASSE/SCO dont les verts ressortent victorieux 2 à 0.  Il enchainera 4 matches comme titulaire, avant de "décrocher le poste" en octobre la saison suivante.

1997 : après une quatrième saison et 96 matches pro sous le maillot des Verts, descendus en seconde division en 1996, Grégory Coupet prend la direction de Lyon pour intégrer le club rhodanien comme titulaire. Là, il retrouve son idole Joël Bats, entraineur des gardiens.

2001 : victoire de l'OL en Coupe de la Ligue et début d'une heureuse saga pour le portier Coupet, dont l'histoire va se confondre avec celle du club pendant 7 saisons.

2002 : premier titre de champion de France pour Coupet avec l'OL nouvelle génération, sept suivront avec des stats de folie, comme nous le rappelle ce tweet.
 


2006 : au terme d'une année d'incertitude pour le poste de titulaire en équipe de France pour le Mondial en Allemagne , Domenech lui préfère Fabien Barthez. Sanguin, Grégory Coupet -quintuple champion de France en titre-  menace de claquer la porte du stage de l'équipe nationale à Tignes. (suite après la photo)
 
 Le 28/04/2007 LIGUE 1 OL - Le Mans Grégory Coupet fête le 6eme titre. / © Stéphane Guiochon, MaxPPP
Le 28/04/2007 LIGUE 1 OL - Le Mans Grégory Coupet fête le 6eme titre. / © Stéphane Guiochon, MaxPPP

2008 : il quitte l'OL à la fin de la saison sur un doublé Coupe de France-championnat, après une interruption de 4 mois pour une rupture de ligaments croisés. Il s'engage pour l'Atletico Madrid et dit aussi adieu cette même année à l'équipe de France. Domenech, après lui avoir préféré Barthez, impose le marseillais Mandanda et Lloris pour les matches de qualification au Mondial 2010.

 

2009 : titulaire dans les cages du PSG, il se blesse sévèrement à la cheville et manque 5 mois de championnat. Il revient avec la réserve mais parvient à retrouver son poste. 

2011 : comme un symbole, il termine sa carrière le 29 mai 2011 là où il l'avait commencé, à Saint-Etienne, pour un ASSE/PSG au score nul  : 1 à 1.

2016 : après avoir été consultant média pendant 4 ans, il passe son diplôme d'entraineur des gardiens avec l'OL et entraîne les joueurs de la réserve. Finalement, quand Joël Bats tire sa révérence après 18 ans de bons et loyaux services à l'OL, c'est naturellement Grégory Coupet qui lui succède, comme l'annnonce le tweet du président Aulas le 10 janvier 2018.
 

Aulas "surpris" par le départ de Coupet de Lyon (AFP)

Le président de Lyon, Jean-Michel Aulas s'est déclaré "surpris" par le départ à Dijon de l'entraîneur des gardiens du club, l'ancien portier international Grégory Coupet. Ce dernier a annoncé mercredi s'être engagé pour deux ans avec le DFCO pour tenir le même poste. "

"C'est évidemment un sujet traité par Juninho qui va s'exprimer. Nous avons été surpris car l'objectif mercredi était de lui remettre une prolongation pour un an. Il a estimé que l'OL avait trop tardé pour le prolonger. Ce que je sais est qu'il doit partir. Nous le remplacerons comme d'habitude comme on le fait toujours par si possible quelqu'un qui a toute ses qualités et d'autres complémentaires".
 

Sur le même sujet

Les + Lus