La fraise de l’Isère est arrivée sur les étals

Elles sont bonnes à croquer et vous pourrez les déguster jusqu’à la fin du mois d’octobre. Les fraises de l’Isère se retrouvent sur les marchés quelques heures seulement après avoir été ramassées. Et question goût, ça change tout !

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Elsinor, Donna, Darselect, Charlotte ou Mara des bois ... Depuis la semaine dernière, les fraises de l'Isère, produites essentiellement dans le secteur de Roussillon, sont arrivées sur les étals des supermarchés de la région. En tout, 600 tonnes seront récoltées durant la saison.

Plus chère que la fraise espagnole, l'iséroise ne joue pas dans la même catégorie.

Elle est cueillie à maturité et, pour que le goût ne soit pas altéré, elle ne passe pas par la case frigo avant d’arriver dans votre assiette.

Une culture fragile et délicate dans laquelle s’est spécialisée la famille Figuet depuis trois générations à Ville-sous-Anjou, en Isère. Dans l’exploitation, engagée dans une culture raisonnée, les fraises sont récoltées dans des serres ouvertes, où circulent les abeilles.

Entre la cueillette et le conditionnement, Alpes Coccinelle emploie quatre-vingt dix personnes pour une livraison assurée  en quelques heures seulement.

Reportage Joëlle Céroni, Nathalie Rapuc et Virginie Muamba

Intervenants : Laurent Joseph Directeur Régional Rhône-Alpes Grand Frais ; Serge Figuet co-gérant "la coccinelle" ; Frank Figuet co-gérant "la coccinelle"