Cet article date de plus de 6 ans

Un avant-goût de la journée mondiale du diabète à Grenoble

La journée mondiale du diabète c'est officiellement le jeudi 14 novembre mais à quelques jours de l'événement des initiatives ont déjà été lancées. Ainsi, le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble a organisé des consultations pour donner des conseils à ceux qui s'inquiètent. 

Les consultations organisées au GHM de Grenoble
Les consultations organisées au GHM de Grenoble © France 3 Alpes
Ce mardi 12 novembre, des professionnels de santé de la Mutualité française Rhône-Alpes ont animé un parcours de santé afin de sensibiliser le grand public au diabète. Un problème de santé public qu'on ne peut plus prendre à la légère. 


Diabète, une épidémie galopante
Le diabète a atteint les proportions de ce que l’on qualifie d’épidémie. En France, le nombre de personnes diabétiques a augmenté de 90 % en 10 ans ¹ et l’on compte aujourd’hui plus de 3 millions de personnes diabétiques, soit près de 5 % de la population ². Selon les prévisions, un Français sur dix sera touché par le diabète d’ici 10 ans si l’on ne fait rien.

Diabète, l’épidémie silencieuse
Le développement du diabète de type 2 peut passer inaperçu pendant de longues années : on estime qu’il s’écoule en moyenne 5 à 10 ans entre l’apparition des premières hyperglycémies et le diagnostic du diabète. Or, c’est souvent à l’occasion des premières complications graves que la personne consulte. C’est ainsi que l’on estime à 700.000 le nombre de diabétiques qui s’ignorent.

Diabète, des complications dramatiques
Le diabète ne doit pas être pris à la légère et se place dans la catégorie des maladies « graves » qui causant environ 30 000 décès chaque année. Mal traité ou diagnostiqué tardivement, le diabète engendre des complications qui peuvent s’avérer dramatiques.

Diabète, l’explosion des dépenses
Le diabète est une maladie chronique coûteuse économiquement, humainement et socialement. En France, en 2011, les coûts pour l’Assurance Maladie des personnes traitées pour le diabète s’élevaient à 17,7 milliards d’euros (10 % des dépenses de santé) auxquels s’ajoutent 5 milliards d’euros de frais indirects. On comprend mieux l’intérêt de la prévention tant au niveau des destinées individuelles que des dépenses sanitaires de la nation.

   >>> Voir toutes les actions menées en France à l'occasion de la journée mondiale






Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé