Grâce à Twitter, les jeunes du FCG restent en contact avec Grenoble depuis le Kenya

"Tout va bien pour nous, nous ne sommes pas à proximité du centre commercial où a eu lieu l'attentat!", ce message de Joannes Henry a permis de rassurer les siens et tout un club, le FCG, qui avait envoyé six de ses jeunes joueurs au Kenya pour une compétition.

Centre commercial de Nairobi Westgate
Centre commercial de Nairobi Westgate © AFP
Lundi 23 septembre, la police kényane est passée à l'acte pour tenter de libérer les derniers otages du centre commercial de Nairobi Westgate. 48 heures après l'attaque des Islamistes, on parle d'au moins 69 morts et de presque autant de personnes portées disparues.

Tous ces événements, neuf jeunes grenoblois les ont vécus dans le pays. A Nairobi, ils participaient à un tournoi universitaire de rubgy à 7, le "Safaricom 7s series". Évidemment, dès que la nouvelle de l'attaque a été connue en France, on s'est inquiétés à Grenoble mais l'un des joueurs a su rassurer sur Twitter. 

Du coup, la compétition est un peu passée à l'arrière plan. Comment quitter des yeux un tel drame?

Ce lundi matin, Joannes et ses coéquipiers ont été invités à quitter le Kenya au plus vite.

En fin de matinée, cinq des neuf joueurs, dont Joannes, arrivaient à l'aéroport Lyon-Saint-Exupéry. Quatre autres patientaient encore à Amsterdam. A son arrivée au centre de formation du FCG, Joannes Henry nous a accordé une interview, évoquant la panique qui s'est emparée de Nairobi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers fc grenoble rugby
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter