• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

A Grenoble, l'escrime s'écrit aussi au féminin

Dimanche 1er décembre, la halle Clémenceau accueillait une épreuve du circuit national féminin de fleuret. L'occasion pour deux jeunes fleurettistes grenobloises de se confronter au gratin de la discipline. Portrait croisé - en croisant le fer - de Sarah et Claire, espoirs de l'escrime.  

Par France 3 Alpes

Reportage. Claire et Sarah sont entraînées par Tatiana Petrova, une ancienne grande championne de fleuret de l'ex-URSS qui s'emploie, depuis trois ans, à transmettre son expérience auprès de la jeune génération des fleurettistes, à Grenoble. Ce jour-là, à la halle Clémenceau, l'objectif n'était pas de gagner, mais de progresser, parfois face à des jeunes filles beaucoup plus fortes qu'elles. 

Sarah a commencé le fleuret il y a deux ans seulement. Elle aborde ces matchs sans pression particulière, croiser le fer avec les meilleures fleurettistes françaises relevant plus pour elle du challenge personnel.

Claire est plus expérimentée. Cette compétition lui aura permis d'observer les plus grandes, à l'image de Laure-Agnès Tardivel ou encore Astrid Guyart, la numéro 9 mondiale. Claire et Sarah sont membres du GUC escrime (Grenoble Université Club). 

DMCloud:132675
Le fleuret au féminin
Lieu de tournage : Halle Clémenceau, Grenoble. Intervenants : Tatiana Petrova, maître d'armes GUC escrime; Sarah Boutébal, fleurettiste GUC escrime; Claire Nourry, fleurettiste GUC escrime.

 

Sur le même sujet

Echevis ne veut pas être coupé du monde

Les + Lus