Emploi : en Haute-Loire, le BTP à la recherche de main-d’œuvre

Malgré la crise et l'augmentation du chômage, le secteur du bâtiment et des travaux publics en Haute-Loire peine toujours à trouver des candidats alors qu'il y a au moins une centaine de postes à pourvoir en décembre 2020.
En Haute-Loire, le BTP cherche des bras pour faire avancer les chantiers.
En Haute-Loire, le BTP cherche des bras pour faire avancer les chantiers. © Gérard Rvollier - FTV
Ce n’est pas nouveau, mais le BTP a toujours du mal à recruter. Exemple en Haute-Loire : à la fin de l’année 2020 les entreprises n’arrivent pas à recruter alors que l’on recense 17 000 demandeurs d’emploi (toutes catégories). Et des jeunes comme Jules Chapel, c'est un peu la perle rare. A 16 ans, il rêve de travailler dans le bâtiment c’est pourquoi il prépare actuellement un bac pro dans le gros-œuvre. En stage sur un chantier il a bien conscience de ce qui l'attend : "Il faut travailler par tous les temps, des fois il y a des entreprises qui payent mal les ouvriers et puis il faut faire des heures parfois. C’est vrai que c’est difficile" dit-il.

Dans l'entreprise qui l’emploie, une PME de 27 salariés, il y a d'ailleurs 4 postes à pourvoir en ce moment, Gérard Hentzen recherche un chef d'équipe et 3 maçons :" On a zéro candidature aujourd’hui qui correspondent à ces offres d’emploi. On a reçu récemment quelques courriers de candidatures spontanées mais qui n’étaient absolument pas liées aux démarches qu’on a établies".

L'isolement de l'entreprise située en pleine campagne n'explique pas tout. Dans le département, il y a au moins une centaine d'emplois non pourvus actuellement dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, secteur qui a bien redémarré après le 1er confinement.

"Aujourd’hui on essaye de trouver des gens qui soit sont dans un cursus normal et qui sont déjà qualifiés ou alors des personnes qu’on pourrait former pour l’avenir aussi parce que même si on craint une petite baisse d’activité au début de l’année 2021, on espère que ça va repartir derrière avec le plan de relance" explique Christine Banassat vice-présidente de la Fédération du BTP de la Haute-Loire.

Il y a des postes à pourvoir et pas toujours de candidats en face, malgré une augmentation du chômage de 3,1% dans le département cette année (alors qu’il a progressé de 5,4% en région Auvergne Auvergne-Rhône-Alpes). C'est aussi le constat de Patrick Ferrari, directeur de Pôle Emploi en Haute-Loire : "On a près de 900 demandeurs d’emploi qui sont inscrits sur les métiers du bâtiment, mais environ la moitié travaillent tout le mois donc ce sont des personnes qui tournent sur différentes entreprises ou qui travaillent en intérim et on a un volant de demandeurs d’emploi qui n’ont pas d’activité et qui pour la plupart manquent de formation et nécessitent de passer par de la formation avant de commencer une activité en entreprise".

L'essentiel pour ces entreprises, c'est de trouver des gens motivés, comme Jules Chapel. Elles se disent prêtes ensuite à les former.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie travaux publics