• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Haute-Loire : le préfet annonce 80 radars supplémentaires, “40 millions d'automobilistes“ dénonce une ”surenchère”

Le préfet de Haute-Loire a annoncé vouloir implanter 80 nouveaux radars sur les routes de son département, multipliant ainsi par cinq leur nombre actuel. / © O. Boitet / MaxPPP
Le préfet de Haute-Loire a annoncé vouloir implanter 80 nouveaux radars sur les routes de son département, multipliant ainsi par cinq leur nombre actuel. / © O. Boitet / MaxPPP

Le Préfet de la Haute-Loire annonçait le 10 septembre la commande de 80 radars automatiques supplémentaires sur les routes du département. L'association "40 millions d'automobilistes" dénonce une "surenchère répressive".

Par Arthur Carpentier

Le nombre de radars sur les routes de Haute-Loire devrait quintupler ! Le Préfet avait annoncé en début d'année sa volonté d'augmenter leur nombre, et il a précisé le 10 septembre dans quelle mesure : ce sont 80 radars tourelles qui devraient être implantés sur les voies.

Une annonce qui n'est pas du goût de tous, et notamment de l'association "40 millions d'automobilistes". Vent debout contre l'abaissement de la limitation de vitesse à 80km/h, effective depuis le 1er juillet, le lobby tire à boulets rouges sur la décision de la préfecture de Haute-Loire : "Comment peut-on croire une seule seconde que la multiplication par 5 du nombre de radars – dans cette période d’adaptation des usagers à une nouvelle réglementation, où les appareils flashent encore plus que d’accoutumée – vise bien un but sécuritaire et non pécuniaire ?"
 

Pour le délégué général de l'association, Pierre Chasseray, l'implantation de radars ne sert pas tant la sécurité des automobilistes que les finances de l'État. La cause des accidents de la route, encore trop souvent mortels, serait, selon lui, à chercher dans l'état des routes du département. "Les automobilistes sont en effet particulièrement nombreux à signaler un mauvais état des routes dans le département sur l’application mobile gratuite "J’ai mal à ma route" ", souligne l'association, mentionnant l'application qu'elle édite. Toutefois, celle-ci n'a été téléchargée que par une dizaine de milliers de personnes à travers toute la France, et ne fait état que d'une vingtaine de nids de poule ou routes fissurées dans le département.

Du côté de la Préfecture, ces accusations sont fortement démenties, le préfet rappelant d'ailleurs que les recettes générées par les radars sont réinvesties dans la sécurité routière. Par ailleurs, entre 2012 et 2016, un accident mortel sur deux était lié à une vitesse excessive.
 

Sur le même sujet

Connaissez-vous le drift trike ?

Les + Lus