Haute-Loire : quand le plan de relance finance de nouveaux équipements pour les Restos du Cœur

Grâce au soutien économique gouvernemental accordé aux associations de lutte contre la précarité, les Restos du Cœur de Haute-Loire vont pouvoir financer leurs projets. Parmi eux : la mise en place de 5 chambres froides à Cursac-sur-Loire et deux camions itinérants.

Les bénévoles des Restos du Coeur de Haute-Loire auront bientôt de nouvelles chambres froides pour stocker les denrées.
Les bénévoles des Restos du Coeur de Haute-Loire auront bientôt de nouvelles chambres froides pour stocker les denrées. © Joël Fouillit

La nouvelle est tombée mercredi 14 avril : les Restos du Cœur de la Haute-Loire pourront financer deux de leurs projets du moment grâce au plan de relance du gouvernement mis en place pour soutenir, entre autres, les associations qui luttent contre la précarité. Dès le mois d’août, 5 chambres froides seront disponibles dans un centre de stockage de Cursac-sur-Loire pour conserver les denrées alimentaires et deux camions itinérants desserviront les zones exclues. En tout, 100 000 euros seront accordés à l'association (35 000 euros pour les camions et 65 000 pour les chambres froides). Une aide nationale qui vient s’ajouter à la participation de la région, jugée « essentielle pour répondre aux besoins actuels de la crise» selon Marc Lavergne, président des Restos du Cœur en Haute-Loire. Il précise : « En Haute-Loire, le nombre de nos bénéficiaires a encore augmenté de 20% cet hiver. En tout nous approvisionnons 2 260 familles ! Il faut continuer d’agir vite ! »

Conserver les denrées alimentaires

Les 20 centres de distribution d’aide alimentaire des Restos du Cœur répartis en Haute-Loire bénéficieront désormais de cinq chambres froides au cœur d’un entrepôt de Cursac-Sur-Loire. Un soulagement pour Joël Fouillit, bénévole et responsable de l’entrepôt de stockage actuel dans le centre du Puy-en Velay, rue Jean-Solvin, « trop petit et difficile d’accès pour les camions en plein centre-ville » selon lui. Il détaille : « Le stationnement de nos camions de livraison gênent souvent le centre-ville et nous n’avons accès qu’à deux chambres froides. Nous sommes une quinzaine de bénévoles et devons constamment réfléchir à des stratégies pour optimiser la place et ne perdre aucune denrée. » Des victuailles pourtant de plus en plus abondantes grâce aux nombreux dons précise-t-il, qu’il est selon lui fondamental de stocker. Il explique : « Depuis la crise, la solidarité est immense pour répondre à la demande. Nos denrées alimentaires proviennent pour certaines des invendus des supermarchés et commerces de la région qu’il faut écouler dans la journée, mais sont majoritairement des dons industriels au niveau national. Il ne faut surtout pas les perdre. » Dès le mois d’août, les Restos du Cœur 43 partageront leur local de stockage avec la Banque Alimentaire.

Approvisionner les zones mal desservies

Le deuxième projet est la mise en service de deux camions frigorifiques itinérants stationnés à Brioude et au Puy-en-Velay, pour desservir les zones exclues. Marc Lavergne, président des Restos du cœur de Haute-Loire détaille : « Nous nous sommes rendu compte que de nombreuses communes et secteurs étaient trop loin de nos centres de distribution, et beaucoup de personnes n’avaient ni voiture ni transport en commun pour s’y rendre. A cela s’ajoute la disparition de certains commerces de proximité. D’autant plus avec le confinement.» Ces deux camions permettront donc de desservir les zones les plus enclavées et de pouvoir augmenter le nombre de bénéficiaires éligibles à ces aides. « Nous n’avons pas encore une tournée précise, mais certains secteurs comme par exemple autour de la commune de Saugues, de la Chaise-Dieu ou du plateau d’Ally qui sont très éloignés des centres de distribution, pourraient être desservis », précise Marc Lavergne. Et pour pouvoir faciliter l’inscription et permettre au plus grand nombre de bénéficier de l’aide alimentaire que proposeront ces nouveaux camions, et grâce à l’aide des différentes mairies, des travailleurs sociaux (assistants sociaux) seront chargés de repérer les profils dans le besoin. « Cette méthode permettra aussi de lutter contre la fracture numérique dans certaines de ces communes, qui n’ont pas toujours accès à internet. Et de pouvoir informer les gens ! »  

 « Nous sommes passés de 2 800 bénéficiaires en 2019 à 5 100 en 2021 »

Grâce aux nouveaux camions itinérants, les restos du cœur pourraient encore voir leur nombre de bénéficiaires augmenter. Joël Fouillit précise : « Nous sommes passés d’environ 2 800  bénéficiaires en 2019 à 5 100 en 2021. Depuis la crise nous avons des profils très différents : nos familles habituelles, mais aussi des étudiants et des travailleurs pauvres ! C’est du jamais vu ! »  Face à l’urgence de la situation, les bénévoles comme Joel Foullit, inscrit depuis de nombreuses années, se mobilisent mais aussi de nouvelles recrues. Parmi eux, des travailleurs en chômage partiel et des étudiants : une solidarité et une aide économique de l’Etat essentielles selon Marc Lavergne qui se hâte de pouvoir mener à bien les projets.  « D’autant que cette année nous n’avons pas pu bénéficier du concert des Restos du Cœur qui est pourtant une source de revenus essentielle ! » conclut-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
restos du coeur société solidarité