Cet article date de plus de 3 ans

Le ministre de l'Éducation missionne le chef étoilé Régis Marcon pour réformer l'apprentissage

Le chef triplement étoilé de Haute-Loire, Régis Marcon, a été missionné par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer pour trouver des voies pour valoriser la formation professionnelle. Une mission qu'il fait en duo avec la député En Marche Céline Calvez.
Comment valoriser une filière souvent considérée comme une voie de garage ? C'est l'objectif fixé à Régis Marcon, chef triplement étoilé en Haute-Loire et à Céline Calvez, député En Marche. Ces derniers ont trois mois pour dresser l'état des lieux et faire des propositions pour améliorer la formation professionnelle.

"On a besoin d'une vraie réforme. En ce qui concerne l'orientation des jeunes, il est évident que souvent on vient par défaut. Tu es bon à l'école, tu continues tes études générales, comme si c'était la voie royale. Dès le départ, beaucoup sont éloignés de nos métiers", déplore le chef.

Selon lui, tous les acteurs seront entendus et les dossiers à traiter, nombreux : "Le ministre est très ouvert à ces changements. On veut réfléchir sur la formation professionnelle, le baccalauréat, faire en sorte qu'il y ait des passerelles partout."

Pourquoi faire appel à lui ?


Lui-même ne peut expliquer pourquoi le gouvernement a fait appel à lui. Il trouve un début de réponse dans une précédente mission effectuée : "J'en ai conduit une il y a 4 ans sur la formation dans les métiers de l'hôtellerie-restauration. On avait pris des dispositifs et j'ai une formation de ce domaine."

Régis Marcon affirme ainsi qu'il n'a pas hésité : "C'est un devoir quand on voit le taux de jeunes sans formations". Et de déplorer la difficulté de trouver des collaborateurs bien formés.

Selon lui, l'attribution de cette mission ne serait en rien politique : "Je ne suis dans aucun parti. Mais je n'ai jamais caché que j'admirais et soutenais le travail de notre président." Il précise tout de même : "Je l'ai rencontré. On a discuté de ces sujets-là, mais je ne pense pas que cela vient de là."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société politique apprentissage