Haute-Loire : après le confinement, le diocèse lance un appel aux dons

Le diocèse de Haute-Loire vient de lancer une campagne d’appel aux dons. En raison du confinement dû au coronavirus, les fidèles n’ont pas pu financer le diocèse comme ils le font habituellement. Le manque à gagner est de 600 000 euros.
 

Le diocèse de Haute-Loire a lancé une grande campagne d'appel aux dons.
Le diocèse de Haute-Loire a lancé une grande campagne d'appel aux dons. © Gérard Rivollier / FTV

Un peu comme de nombreuses entreprises françaises, le diocèse de Haute-Loire a lui aussi connu des difficultés liées au confinement dû au coronavirus COVID 19. L’arrêt des activités a mis à mal les finances du diocèse. Laurent Aulagnier, économe du diocèse de Haute-Loire, explique : « Le diocèse vit une période difficile comme tous les diocèses en France. En effet, ce qui permet de recevoir des ressources, par la générosité des fidèles, la pratique du culte et la réalisation des activités paroissiales et pastorales, tout cela a été arrêté depuis le 16 mars, du fait du confinement, et n’a repris que fin mai. Pendant deux mois et demi, toutes les activités se sont arrêtées et nous n’avons plus eu de rentrée financière ».

Un manque à gagner de 600 000 euros

Le manque à gagner se monte à 600 000 euros. Il est lié à l’absence d’appel aux dons habituel. Laurent Aulagnier indique : « On fait d’habitude un appel aux dons à la fête des Rameaux, au début du mois d’avril. Mais on était au début du confinement, et le père Luc Crepy, l’évêque du diocèse du Puy-en-Velay, a décidé de ne pas solliciter les fidèles, considérant que dans la période qu’ils traversaient, c’était mal venu d’aller appeler les fidèles au versement. C’est une sorte de décalage de trésorerie ».

Aucune subvention reçue

L’Eglise de Haute-Loire compte dans ses rangs 107 prêtres, 43 laïcs et un séminariste. Elle ne reçoit aucune subvention. « Un diocèse n’est financé que par le don des fidèles. Nous ne recevons aucune ressource de l’Etat ou du Vatican. C’est simplement la générosité des fidèles, le versement à la quête, le versement pour les sacrements et les dons faits au denier de l’Eglise qui financent les activités du diocèse et les charges qu’il a. » rappelle Laurent Aulagnier.

Une campagne lancée

Afin de combler le manque à gagner, le diocèse a lancé un appel aux dons. Laurent Aulagnier affirme : « Il y a une campagne d’appel aux dons, l’appel du diocèse du Puy, pour que les fidèles prennent conscience de cette difficulté, qu’ils versent le denier de l’Eglise. Mais la conférence des évêques de France lance aussi une campagne nationale pour sensibiliser les fidèles aux problèmes que connaît l’Eglise ». La santé financière du diocèse n’est pour autant pas en péril. Selon l’économe du diocèse : « Heureusement, les prédécesseurs de monseigneur Crepy ont veillé à que l’on puisse subvenir à des crises comme celle-là. Mais on est difficulté, il faut que l’on soit très vigilants ».

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter