Marche pour le climat : 150 personnes dans les rues du Puy-en-Velay

Samedi 27 mars matin, au Puy-en-Velay, 150 personnes environ ont répondu à l'appel de France Nature Environnement. Une manifestation organisée alors que les députés examineront à partir du lundi 29 mars le projet de loi « Climat et résilience », issu de la Convention citoyenne pour le climat.

Samedi 27 mars, environ 150 personnes ont défilé dans les rues du Puy-en-Velay pour le climat.
Samedi 27 mars, environ 150 personnes ont défilé dans les rues du Puy-en-Velay pour le climat. © Gérard Rivollier / FTV

Samedi 27 mars matin, environ 150 personnes ont défilé dans les rues du Puy-en-Velay. Elles marchent ensemble pour sauver le climat et pour réclamer une loi plus ambitieuse. Parmi elles, on trouve des militants écologistes et de gauche, ainsi que de simples citoyens, parfois venus en famille. Un manifestant indique : « On est là parce qu’on s’aperçoit que le climat est en train d’évoluer rapidement. On se fait du souci pour les enfants ». Une autre souligne : « On peut  vivre mieux avec moins.  Ce n’est pas ce qu’on nous apprend. Il faudrait, dès le plus jeune âge, apprendre différemment pour ne pas épuiser ce que la terre a à nous offrir ».

Toutes les propositions qui ont été faites ont été petit à petit amendées

Pour ces manifestants, le projet de loi qui sera débattu à partir de lundi prochain à l'Assemblée nationale ne va pas assez loin par rapport au travail de la convention citoyenne pour le climat. Francis Limandas, président de France Nature Environnement 43, précise : « Le président avait parlé de prendre les 150 mesures au total, sans restriction. Après, il a découvert, soit pour des raisons juridiques, soit pour sa convenance personnelle et son orientation politique, qu’il ne pouvait pas. Toutes les propositions qui ont été faites ont été petit à petit amendées ».

On sait qu’on va vers un futur qui ne va pas être très beau, avec beaucoup de cataclysmes et ça fait peur

Quelques lycéens et étudiants sont dans le cortège. Mais dans ce département rural, la mobilisation reste assez timide. La défense de l'environnement a encore du mal à faire recette, comme le regrettent les manifestants. Johanne Digonnet, étudiante, explique : « On se demande pourquoi il n’y a pas de réaction et pourquoi les gens ne se sentent pas concernés. On sait qu’on va vers un futur qui ne va pas être très beau, avec beaucoup de cataclysmes et ça fait peur ». Le projet de loi climat sera débattu pendant 3 semaines au Parlement, puis il passera au Sénat. La loi devrait être votée à partir de septembre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social climat environnement réchauffement climatique écologie